États-Unis: racisme systémique et crise de l’eau à Jackson, dans le Mississippi

Cela se passe dans le pays le plus riche de la planète, les États-Unis. À Jackson, capitale du Mississippi, la mairie impose depuis juillet à ses 150 000 habitants, dont 82% sont des Afro-Américains, de faire bouillir l’eau avant de l’utiliser. Contaminée par de nombreuses bactéries, elle est impropre à la consommation. En cause : des canalisations et une usine de traitement hors d’âge et mal entretenues. Pour beaucoup, cette crise puise ses racines dans le passé ségrégationniste du sud des États-Unis.

De notre envoyé spécial dans le Mississippi,

Il est assis sur le porche de sa maison et sirote de l’eau dans une bouteille en plastique. George, comme tous les habitants de Jackson, n’utilise plus l'eau du robinet pour se désaltérer. Trop dangereux. Son dernier verre d’eau courante remonte à deux mois et ce retraité invalide de 78 ans en garde un souvenir plutôt mauvais.

Quand je l’ai bue, ça m’a rendu malade. Je l’ai recrachée tout de suite, mais j’étais malade. J’avais des vomissements. J’ai essayé de marcher et je suis tombé.

George n’avait pas respecté la consigne de la mairie : faire bouillir cette eau contaminée par des bactéries avant toute utilisation, même pour faire la vaisselle ou se brosser les dents. Car depuis trois mois, Jackson, capitale du Mississippi, vit sans eau potable.

►À relire : États-Unis : la capitale du Mississippi privée d'eau depuis une semaine


Lire la suite sur RFI