États-Unis : les républicains ne parviennent pas à élire le président de la Chambre des représentants

© Alex Brandon/AP/SIPA

Cela n'était pas arrivé depuis 100 ans aux États-Unis . Dans la nuit de mardi à mercredi, les élus de la Chambre américaine des représentants ont été incapables d'élire un président, ou speaker, lors de l'ouverture de la nouvelle législature au Congrès. Favori pour remplacer Nancy Pelosi, le quinquagénaire républicain Kevin McCarthy n'a pas réussi, après trois votes successifs, à calmer la fronde émanant d'un groupe de partisans de Donald Trump  au sein de son propre camp qui le jugent trop modéré. Les élus se sont accordés pour suspendre leurs votes le temps de négocier en coulisses qui reprendront ce mercredi dans la journée.

Les partisans de Trump veulent peser au Congrès

Les républicains, qui se sont emparés de la majorité à la chambre basse lors des élections de mi-mandat en novembre, avaient promis d'user de leur nouveau contre-pouvoir pour compliquer la fin du mandat du président démocrate Joe Biden . Mais le lancement des hostilités est paralysé par ces querelles internes : les élus de la Chambre des représentants ne peuvent pas officiellement prêter serment et entamer la législature tant qu'un président n'est pas désigné.

Lire aussi - États-Unis : quelles perspectives pour Joe Biden, face à un Congrès divisé entre républicains et démocrates ?

L'élection du « speaker », le troisième personnage le plus important de la politique américaine après le président et le vice-président, nécessite une majorité de 218 voix. Un seuil que Kevin McCarthy ne parvenait pas à attei...


Lire la suite sur LeJDD