États-Unis : le récit d'une soirée de chaos au Capitole

Mercredi 6 janvier, les forces de l'ordre étaient débordées au moment où des manifestants pro-Trump sont entrés dans l'enceinte du Capitole. Certains ont même escaladé à mains nues les murs pour y accéder. Leur entrée a été fracassante au sein de l'édifice : les policiers n'ont pas été capables de contenir les émeutiers. Une scène ahurissante restera dans l'histoire : des agents de police en civil, acculés, ont mis en joue des manifestants. Les élus, terrorisés, s'étaient cachés entre les rangées de fauteuils. Dans ce chaos, au moins quatre personnes ont été tuées selon les décomptes de la police. "Une insurrection" Le Congrès n'est alors plus le temple de la politique américaine, mais livré aux partisans de Donald Trump. Le président élu Joe Biden a demandé à Donald Trump d'intervenir : "Ce n'est pas une manifestation, c'est une insurrection. Le monde nous regarde". Le président sortant, de son côté, a demandé, du bout des lèvres, à ses partisans de se replier. Entre temps, la Garde nationale a été envoyée en renfort. Le journaliste Loïc de La Mornais était dans la foule tout au long de cette soirée de chaos. "Ce qui nous a beaucoup marqués avec Thomas Donzel quand on est arrivés dans ce chaos du Capitole, c'est d'abord la facilité avec laquelle on a pu pénétrer dans ce lieu qui est vraiment le temple sacré de la démocratie américaine, un lieu d'habitude très protégé", rapporte-t-il en direct de Washington, jeudi 7 janvier. Loïc de La Mornais ajoute également que Donald Trump avait appelé ses militants à "marcher sur le Capitole" au cours d'un meeting.