États-Unis: les premiers enseignements des élections de mi-mandat

AP - Susan Walsh

La vague rouge n'a pas eu lieu, aux États-Unis. Les démocrates ont mieux résisté qu'annoncé par les sondages aux élections de mi-mandat du 8 novembre. Les républicains sont en passe de l'emporter à la Chambre des représentants, mais d'une courte tête : deux sièges de plus que leurs adversaires, selon les projections de la chaîne NBC. Au Sénat, il faudra sans doute encore plusieurs jours avant de pouvoir déterminer si les démocrates conservent ou non leur très mince majorité.

Les démocrates ont défié les prédictions des sondages, analyse notre correspondant à Miami, David Thomson. Ils perdent la Chambre, certes, mais limitent la casse et on ne sait pas encore qui contrôle le Sénat.

Dans des élections de mi-mandat traditionnellement défavorables au camp présidentiel, il est tentant de présenter cela comme une petite victoire. Pour autant, ce sont bien les républicains qui sont en tête du vote populaire jusqu’ici, explique notre correspondant à Washington, Guillaume Naudin.

Pour le renouvellement des 435 élus de la Chambre, une majorité, même courte, reste une majorité. Les républicains ont déjà prévu de tenter de défaire une bonne partie de ce qui a été fait par la Chambre précédente.

Ils ont notamment prévenu qu’il n’y aurait plus de chèque en blanc pour l’Ukraine, que la commission spéciale du 6-Janvier serait dissoute et qu’ils prévoient à leur tour d’ouvrir des enquêtes sur la gestion de la crise du Covid-19.

Le président Joe Biden s’est exprimé au lendemain du vote. Même s’il ne sait pas encore qui contrôlera le Congrès, il sait déjà qu’il devra composer avec les républicains. Et se dit prêt à le faire.