Les États-Unis se préparent à une hausse de l'immigration après la levée de restrictions liées au Covid-19

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Le président américain Joe Biden, le 14 avril 2022 à Greensboro, en Caroline du Nord - MANDEL NGAN © 2019 AFP
Le président américain Joe Biden, le 14 avril 2022 à Greensboro, en Caroline du Nord - MANDEL NGAN © 2019 AFP

Le gouvernement américain est prêt à gérer un potentiel afflux migratoire le mois prochain après la levée de restrictions qui permettaient depuis deux ans l'expulsion immédiate des migrants arrêtés à la frontière, ont assuré ce mardi des responsables. L'administration de Joe Biden mettra en place une "stratégie globale" pour faire face à une hausse d'arrivées de demandeurs d'asile et de réfugiés après la fin de ce dispositif dit "Title 42", prévue le 23 mai, ont précisé ces sources.

Les migrants pourront alors demander un titre de séjour à titre humanitaire, une décision qui, selon ses critiques, pourrait surcharger les autorités frontalières et permettre à des centaines de milliers de migrants de rester sur le sol américain pendant l'examen de leurs demandes.

Les restrictions liées au Covid-19 "plus nécessaires"

Ceux qui n'auront pas de raison d'être admis aux États-Unis, surtout s'ils tentent la traversée de la frontière à de multiples reprises, pourront faire l'objet de poursuites, nuancent les responsables de l'exécutif.

"Pour le dire simplement, lorsque le 'Title 42' sera levé, l'asile et les autres voies migratoires légales resteront ouvertes à ceux qui cherchant protection, et ceux qui ne répondent pas aux critères seront renvoyés avec célérité", a résumé un haut responsable sous condition d'anonymat.

L'administration Biden, consciente de l'intention d'un juge de Louisiane de suspendre la levée du "Title 42", mis en place par l'ex-président républicain Donald Trump, a indiqué qu'elle se conformerait à cette décision judiciaire lorsqu'elle sera officialisée.

Mais une telle ordonnance du juge "ne serait pas logique" car elle "nous empêcherait de nous préparer convenablement à la mise en oeuvre systématique du droit migratoire" lorsque la situation sanitaire ne justifiera plus l'usage de ces restrictions liées au Covid. Les Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) ont en effet affirmé que ces mesures n'étaient "plus nécessaires" en raison de "la plus grande disponibilité des outils de lutte contre le Covid-19"

Coopération accrue avec les États d'Amérique centrale

Les flux migratoires, en forte baisse au début de la pandémie, avaient recommencé à augmenter avant l'entrée en fonction de Joe Biden, il y a plus d'un an, mais ont clairement bondi ensuite. La plupart des migrants arrivent d'Amérique centrale et latine, mais certains viennent d'aussi loin que d'Asie du Sud, et récemment d'Ukraine.

Les responsables du gouvernement américain ont dit accroître la coopération avec les États d'Amérique centrale afin de ralentir le flux migratoire, renvoyer les migrants vers leurs pays et élargir la lutte contre les groupes de passeurs.

Mais ils ont reconnu que la présence de grands camps de migrants du côté mexicain de la frontière méridionale pourrait conduire à une rapide hausse des arrivées lors d'une éventuelle levée du "Title 42".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles