États-Unis: la police de Las Vegas visée par une plainte pour la mort d'un Afro-Américain en 2019

·2 min de lecture
La nièce de Byron Williams porte un masque lui rendant hommage. - ETHAN MILLER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / GETTY IMAGES VIA AFP
La nièce de Byron Williams porte un masque lui rendant hommage. - ETHAN MILLER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / GETTY IMAGES VIA AFP

La famille d'un Afro-Américain décédé en 2019 à Las Vegas dans des circonstances semblables à celles de la mort de George Floyd a porté plainte ce jeudi contre la ville du Nevada, dans le sud-ouest des États-Unis, et les quatre policiers impliqués, ont annoncé jeudi leurs avocats.
Le 5 septembre 2019, vers 5h50 du matin, un agent avait voulu contrôler Byron Williams, 50 ans, qui circulait à vélo sans éclairage réglementaire. Interpellé quelques minutes plus tard, il avait été plaqué sur le sol à plat ventre alors que les agents venus en renfort lui bloquaient la tête, les épaules et le dos, selon les images des caméra-piéton portées par les policiers et rendues publiques par la police.

Pendant son interpellation, il avait répété "je ne peux pas respirer" à de multiples reprises avant de perdre conscience. Transporté à un hôpital local, il était décédé une heure plus tard, selon la plainte.

Fait troublant, les caméras-piétons des policiers ont toutes été éteintes pendant plus de dix minutes "entre le moment où les agents vérifiaient si Byron Williams respirait et l'arrivée de l'ambulance", souligne la plainte.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Byron Williams "n'avait rien fait de mal"

La famille de Byron Williams estime que l'usage de la force n'était pas justifié et que les agents ont commis une agression et des actes de négligence qui ont mené à sa mort. Elle réclame des dommages-intérêts dont le montant n'est pas précisé.

"Byron Williams n'était pas armé et n'avait rien fait de mal quand la police a décidé de le stopper, puis le pourchasser et presser littéralement la vie hors de son corps", a affirmé Ben Crump, célèbre avocat de la famille Floyd et d'autres victimes noires de violences policières, qui s'est associé à la plainte.

Dans un communiqué, il a dénoncé "l'impunité" dont ont bénéficié les quatre policiers, qui n'ont pas été poursuivis.

Une mort en écho à celle de George Floyd

L'autopsie avait conclu à un homicide, selon la presse locale. Son décès était dû à la combinaison d'une ingestion de méthamphétamine et de facteurs contributeurs comme une maladie cardiovasculaire, aggravé par son immobilisation sur le sol. La mort de George Floyd dans des circonstances similaires, fin mai 2020 à Minneapolis, avait provoqué une immense vague de colère contre le racisme et les violences policières dans le monde.

Le policier blanc jugé responsable de sa mort a été condamné à 22 ans et demi de prison et la famille de l'Afro-Américain a obtenu 27 millions de dollars de compensation.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles