États-Unis: un pays extrêmement polarisé pour les élections de mi-mandat

© Denise Cathey / The Brownsville Herald via AP

Une semaine avant les élections de mi-mandat aux États-Unis, à en croire les sondages, les démocrates sont à la peine pour conserver le Sénat et la Chambre des représentants. Le vote va se faire dans des conditions de polarisation extrême entre républicains et démocrates.

La polarisation aux États-Unis avait abouti, il y a six ans, à l’arrivée au pouvoir de Donald Trump. Depuis, le fossé s’est encore aggravé et certains Américains commencent à s’en lasser. Pour preuve, les sondages selon lesquels ils se disent insatisfaits de leurs politiques arc-boutés sur leurs positions. Mais avec le système américain, difficile pour un troisième parti d’émerger.

Les électeurs votent donc toujours républicain ou démocrate, mais plutôt de manière négative. « On n’est pas tant motivés d’aller voter en faveur de notre candidat », explique Antoine Yoshinaka, professeur de sciences politiques à l’université de l’État de New York, « mais on veut plutôt s’assurer que l’autre candidat ne soit pas élu. Donc, on vote contre le parti opposé plutôt que pour notre candidat. »

L'autre conséquence de cette polarisation est la « polarisation affective », qui se joue au niveau des émotions ressenties par rapport au parti adverse. Par exemple, si vous êtes républicains, explique Antoine Yoshinaka, « vous détestez les démocrates : vous les trouvez malhonnêtes, vous trouvez qu'ils manquent de moralité, etc. Donc, on s’attaque presque au caractère des gens qui appuient le parti adverse, plutôt qu’aux politiques publiques » qu’ils proposent.

Une violence électorale « normalisée »


Lire la suite sur RFI