États-Unis: nuit de violences à Philadelphie après la mort d’un homme noir tué par la police

·1 min de lecture

La ville de Philadelphie est marquée une nouvelle fois par les manifestations et les violences après la mort d’un homme noir tué lundi par la police. La mairie de Philadelphie a appelé la garde nationale et la Maison Blanche se dit prête à intervenir.

Walter Wallace Junior, 27 ans, a été abattu de plusieurs balles lundi après-midi par la police en pleine rue, alors qu’il refusait de lâcher un couteau. Sa famille explique que le jeune homme qui souffrait de troubles bipolaires était alors en pleine crise. Ses proches ne comprennent pas pourquoi la police ne l’a pas maîtrisé avec un taser, un pistolet à impulsion électrique.

Une nouvelle « injustice » pour Biden

Dans une ville déjà marquée par la mort de George Floyd en mai et les manifestations et les violences qui avaient suivies, des centaines de manifestants se sont réunis dès lundi soir. 30 policiers ont été blessés lors d’affrontement et de pillages, qui se sont reproduits la nuit dernière. Plusieurs personnes ont été arrêtées.

Le maire démocrate Jim Kenney s'est montré inquiet de la montée des tensions, mais il a tenu à faire la distinction entre « les manifestants pacifiques » et « le vandalisme et le pillage ». La Maison Blanche, qui a fait de la montée de la criminalité dans de grandes métropoles souvent gérées par des démocrates, un argument de campagne, s’est dit prête à déployer des ressources fédérales à Philadelphie.

De son côté, Joe Biden a déploré une nouvelle « injustice » contre une communauté noire qui est au cœur de son électorat, tout en mettant en garde contre tout pillage et attaque contre des policiers.

À lire aussi : Reportage - États-Unis : sept mois après la mort de Breonna Taylor, la colère persiste à Louisville