États-Unis: un milliard d'indemnités pour les victimes d'un gynécologue accusé d'abus sexuels

Aux États-Unis, un accord a été trouvé entre l’université de Californie du sud (USC) de Los Angeles et plusieurs centaines de femmes victimes d’abus sexuels lors d’examens gynécologiques effectués par un médecin qui a depuis pris sa retraite. Les plaignantes vont recevoir 850 millions de dollars de l'USC, une somme record dans ce type d’affaire aux États-Unis.

Cet accord permet d’éviter à cette université des poursuites au civil, mais il ne met pas pour autant un terme à cette affaire hors normes.

George Tyndall, gynécologue aujourd’hui âgé de 74 ans, a exercé pendant 30 ans à l’université de Californie du sud (USC) de Los Angeles. Il a donc fait passer des examens gynécologiques à des milliers de femmes. Et pendant des années, alors que les plaintes s’accumulaient, la direction de l’université a fermé les yeux sur ses pratiques. Même les infirmières qui assistaient à ces rendez-vous préféraient regarder à côté pour éviter d’en être témoin.

►À lire aussi : États-Unis: plainte contre le gynécologue d’une université accusé d’abus sexuels

Ce n’est qu’en 2016, à la suite d’une enquête interne déclenchée par une infirmière que cette affaire a été révélée au grand public. Mais cela n’a pas pour autant empêché le docteur Tyndall de prendre sa retraite en 2017. Depuis, le président de l’université a démissionné. En 2018, à la suite d’une plainte fédérale collective à laquelle plus de 16 000 anciennes patientes du médecin s’étaient jointes, un accord avait été trouvé pour un montant de 215 millions de dollars.

Avec ce nouvel accord pour éviter des poursuites au civil, l’université va verser au total près d’un milliard de dollars d’indemnités. Du jamais vu dans ce type d’affaire. Quant au docteur Tyndall ? Arrêté en 2019, il a depuis été inculpé pour attouchements sexuels et viols sur une vingtaine de femmes au total, il risque jusqu’à 50 ans de prison. Même si, depuis, il a été libéré sous caution.