États-Unis: une marche des fiertés perturbée par un groupe suprémaciste blanc

Les policiers de Cœur d’Alene gardent un groupe d'hommes arrêtés pour complot en vue d'émeute et affiliés au groupe nationaliste blanc
Les policiers de Cœur d’Alene gardent un groupe d'hommes arrêtés pour complot en vue d'émeute et affiliés au groupe nationaliste blanc

Les policiers de Cœur d’Alene gardent un groupe d'hommes arrêtés pour complot en vue d'émeute et affiliés au groupe nationaliste blanc "Patriot Front" en marge d'une marche des fiertés dans cette ville de l'Idaho.  (Photo: John Rudoff via Reuters)

ÉTATS-UNIS - Un climat de tension en plein mois des fiertés qui se confirme. Durant une marche des fiertés organisée à Cœur d’Alene dans l’État de l’Idaho, les autorités locales ont procédé à l’arrestation d’une trentaine d’individus d’un groupe de suprémacistes blanc.

La police de cette ville moyenne des États-Unis a interpellé ces 31 hommes, tous membres du groupe nationaliste et néo-fasciste nommé “Patriot Front”, alors qu’ils étaient encore entassés à l’arrière d’un camion de déménagement loué.

Selon les premiers éléments, la police a été alertée par un informateur qui décrivait “une petite armée” en train de s’entasser dans un camion près d’un hôtel, comme le rapporte le site Politico.

Cueillis par la police avant leur déploiement dans le cortège pacifique, les 31 membres de ce groupuscule étaient équipés de cagoules, de couvre-chefs beige et de tenues quasiment identiques afin de venir perturber la marche et les festivités LGBT+ en cours ce samedi 11 juin. Certains portaient l’inscription “Reclaim America” (Récupérer l’Amérique, en français) dans leur dos.

“Ils sont venus pour déclencher une émeute en centre-ville”, a déclaré Lee White, chef de la police de la ville lors d’une conférence de presse donnée à la suite de ces interpellations. Tous ont été accusés de conspiration dans le but de déclencher une émeute, a ajouté le chef de la police de Cœur d’Alene, précisant que les 31 individus seraient présentés devant un tribunal dès lundi.

“Il semble que ces gens ne soient pas venus ici pour participer à des événements pacifiques”, a également commenté le shérif du comté de Kootenai, Bob Norris.

Des preuves de la conspiration retrouvées 

Après ce coup de filet sans la moindre violence, les autorités locales ont retrouvé un grand nombre de preuves permettant d’affirmer que les membres du “Patriot Front” avaient prévu de se disperser dans plusieurs lieux clé du centre-ville en plus du parc où se tenait les festivités organisées dans le cadre du “Pride Month” aussi appelé mois des fiertés.

Parmi ces preuves, plusieurs documents incriminant, ainsi que du matériel anti-émeute comme une grenade fumigène, des boucliers ou des protège-tibias, retrouvés dans le camion de déménagement.

D’après la police, ces individus étaient issus d’au moins onze États différents des États-Unis, dont ceux de Washington, de l’Oregon, du Texas, de l’Utah, du Colorado, du Dakota du Sud, de l’Illinois, du Wyoming, de la Virginie et de l’Arkansas. Seul l’un des 31 hommes était originaire de l’État d’Idaho.

Fondé en 2017, après le rassemblement “Unite the Right” à Charlottesville, le “Patriot Front” est décrit comme un groupuscule “nationaliste blanc haineux et néofasciste” qui défend notamment un patriotisme exacerbé ou la fermeture stricte des frontières aux étrangers aux États-Unis.

À voir également sur Le HuffPostAvant Miss France 2022, Miss Trans France appelle à plus de modernité

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles