États-Unis : 4 morts après l'intrusion de partisans de Trump au Capitole

·2 min de lecture

Des partisans de Donald Trump venus de tout le pays se sont retrouvés à Washington D.C. ce mercredi 6 janvier pour une démonstration de force, avant de pénétrer dans l'enceinte du Congrès. La police a procédé à 52 interpellations, 4 personnes sont mortes au cours de cette scène de chaos.

Ce mercredi 6 janvier, la séance de certification de la victoire de Joe Biden a été interrompue au Congrès. En dépit de l'intervention des forces de l'ordre, des supporters du président sortant ont réussi à entrer dans l'enceinte du capitole. Quatre personnes sont mortes pendant cette intrusion. Parmi elles, une femme qui a été abattue par la police du Capitole, selon le chef de la police de Washington, cité par l'AFP. Cette partisane de Donald Trump venait de la région de San Diego, dans le Sud de la Californie et faisait partie d’un groupe de manifestants. Elle a été touchée lorsque ce groupe a affronté des agents en uniforme. Elle a ensuite été déclarée morte après son transfert à l’hôpital.Trois autres personnes - une femme et deux hommes – ont perdu la vie aux alentours du Capitole mais on ignore à ce stade les causes de leur mort.Au cours de ces événements, la police a procédé à 52 interpellations, dont 26 dans l'enceinte du Capitole.Quelques heures plus tôt, Donald Trump avait assuré lors d'un meeting qu'il ne reconnaîtrait jamais sa défaite.Peu après que le vice-président Mike Pence a annoncé qu'il n'aurait pas le pouvoir de s'opposer à la certification de la victoire de Joe...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

"Maïdan à Washington" : Moscou jubile devant l'invasion du Capitole aux Etats-UnisEtats-Unis : 45% des électeurs républicains sont favorables à l'assaut du Capitole, selon un sondageÉtats-Unis : ces failles de sécurité qui ont permis l'intrusion des militants pro-Trump au CapitoleJulian Assange échappe à l’extradition vers les États-Unis : qui osera lui proposer l'asile politique ? Ventes d’armes aux Émirats arabes unis : "Une opération à haut risque pour la stabilité du Moyen-Orient"