États-Unis : la majorité des avortements sont désormais interdits au Texas

·1 min de lecture

Au Texas, une loi qui interdit l'avortement dès que les battements de cœur du fœtus sont perceptibles, soit six semaines après les dernières règles, est entrée en vigueur mercredi. Cette loi avait été signée en mai par le gouverneur républicain de l'État, Greg Abbott, dans le cadre d'une offensive menée par les États américains conservateurs contre le droit à l'avortement. Elle rend illégaux l'immense majorité des avortements - même en cas d'inceste ou de viol - dans cet État conservateur du sud où, selon les organisations de planning familial, plus de 85% des femmes avortent après six semaines de grossesse.

"L'impact est immédiat et dévastateur" 

La loi peut encore être bloquée par la Cour suprême des États-Unis, qui a été saisie en urgence ce lundi par les défenseurs du droit à l'avortement. Mais, contrairement à ses habitudes, la haute Cour, où les juges conservateurs disposent d'une solide majorité, ne s'est pas prononcée avant la date d'entrée en vigueur du texte à minuit.

>> LIRE AUSSI - Au Texas, une lycéenne défend le droit à l'avortement dans son discours de major de promo

Désormais, "l'accès à quasi tous les avortements est coupé pour des millions de personnes. L'impact est immédiat et dévastateur", a réagi la puissante organisation de défense des droits ACLU. L'inaction de la Cour "est une catastrophe pour les femmes au Texas", a ajouté la cheffe démocrate de la Chambre des représentants Nancy Pelosi en dénonçant sur Twitter "une loi radicale".


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles