États-Unis: la Maison Blanche défend le projet de Biden de se rendre en Arabie saoudite

Joe Biden s'adresse aux médias avant de monter à bord d'Air Force One à l'aéroport international de Des Moines à Des Moines, Iowa, le 12 avril 2022 - MANDEL NGAN © 2019 AFP
Joe Biden s'adresse aux médias avant de monter à bord d'Air Force One à l'aéroport international de Des Moines à Des Moines, Iowa, le 12 avril 2022 - MANDEL NGAN © 2019 AFP

La Maison Blanche a défendu ce lundi le projet de visite de Joe Biden au prince saoudien Mohammed ben Salmane, en dépit des conclusions du renseignement américain selon lesquelles il a "validé" l'assassinat du journaliste dissident Jamal Khashoggi.

"Ce voyage en Israël et en Arabie saoudite, lorsqu'il aura lieu, interviendra dans le contexte d'importants objectifs pour le peuple américain dans la région du Moyen-Orient", a jugé auprès de journalistes la porte-parole de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre.

"Si (Joe Biden) décide que c'est dans l'intérêt des États-Unis de nouer contact avec un dirigeant étranger et que ce contact peut apporter des résultats, alors il le fera", a-t-elle ajouté.

Il avait promis de traiter le royaume en "paria"

La presse américaine annonçait que Joe Biden effectuerait sa première visite de président en Israël et en Arabie saoudite à l'occasion d'une tournée qui doit l'emmener ce mois-ci en Allemagne et en Espagne pour des sommets du G7 et de l'Otan.

Mais, face aux critiques concernant cette volte-face du président démocrate, qui avait promis de traiter le royaume en "paria" après l'assassinat de Jamal Khashoggi, la Maison Blanche s'est refusée à confirmer ces informations. Les médias ont donc ensuite affirmé que le voyage avait été décalé, peut-être au mois de juillet.

Refusant une nouvelle fois de confirmer, Karine Jean-Pierre a nié que l'exécutif ait changé ses projets. "Des personnes ont demandé si cela avait été décalé. Le président a dit lui-même (...) qu'une visite était envisagée. Mais elle n'a pas été déplacée ou décalée. Ces informations ne sont pas exactes."

Ce réchauffement diplomatique intervient juste après deux apparentes concessions saoudiennes aux objectifs de Joe Biden: une augmentation de la production de pétrole brut qui pourrait aider à soulager la hausse des prix, et la prolongation d'une trêve au Yémen.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles