États-Unis : « La main-d’œuvre composée par les personnes en situation irrégulière est indispensable au pays »

Flora Mansiet
·2 min de lecture

L'immigration clandestine : une main-d'œuvre indispensable à l'économie américaine

Un système « qui accueille les immigrants et garde les familles unies » c’est ce que promet Joe Biden en matière de politique migratoire. À peine élu, le nouveau président des États-Unis prend le contrepied de son prédécesseur qui faisait des migrants les responsables de tous les maux du pays. Deux discours qui cachent une réalité bien plus complexe.

Les Etats-Unis, terre d’immigration

« Les cas d’immigrés expulsés vers un pays où ils n’ont aucune attache sont très fréquents et ne datent pas du mandat de Donald Trump, explique Paul Schor, historien et maître de conférences à l’université de Paris. On estime que 10 à 15 % des 328 millions d’Américains sont nés à l’étranger. Il s’agit à peu près de la même proportion qu’en 1900 au moment de la révolution industrielle ».

On pense que 20 % de la population mexicaine vit de façon plus ou moins permanente aux États-Unis

Parmi eux, ceux que l’on a appelés les « dreamers ». Ces jeunes adultes arrivés aux États-Unis alors qu’ils étaient enfants. « On a vu un certain nombre de cas de personnes qui découvrent même qu’elles n’ont pas la nationalité américaine une fois qu’elles cherchent à s’inscrire à l’université » insiste Paul Schor.

Particulièrement visée par les attaques du président Donald Trump, l’immigration mexicaine représente une part très importante de l’immigration du pays : « on pense que 20 % de la population mexicaine vit de façon plus ou moins permanente aux Etats-Unis », indique l’historien.

Une main-d’œuvre indispensable à l’économie américaine

La complexité de la question migratoire aux États-Unis repose, selon Matthieu Mabin, journaliste et correspondant dans le pays pour France 24, sur un paradoxe : « la main-d’œuvre que représentent les millions de personnes en situation irrégulière est en (...) Lire la suite sur Public Sénat

Pour les sénateurs de Moselle, la fermeture des frontières allemandes serait « contre-productive »

« Islamo-gauchisme » : « Frédérique Vidal ferait bien de s’occuper de la détresse des étudiants », tance Stéphane Troussel

Dominique Simonnot : « On a demandé un plan de vaccination spécial pour les prisons »

Couvre-feu à 18 heures : jusqu’à quand ?

Festivals : « On demandait un cadre, on a eu un carcan » dénonce Jean-Paul Roland, directeur des Eurockéennes