États-Unis: l'investiture de Joe Biden se fera sans Donald Trump

·4 min de lecture

Donald Trump, de plus en plus isolé politiquement, n’en démord pas. Le président a annoncé sur Twitter qu’il ne participerait pas à la cérémonie d’investiture de Joe Biden le 20 janvier à Washington.

Avec notre correspondant à Washington, Éric de Salve

C’est l’un des premiers tweets de Donald Trump de retour après son exclusion de Twitter pendant 12h, et ce tweet n’est pas passé inaperçu : « À tous ceux qui se posent la question, écrit le président, je n’irai pas à l’investiture le 20 janvier ».

Malgré la pression politique intense depuis l’attaque du Capitole par ses partisans mercredi, malgré les démissions en série au sein de son administration dont deux de ses ministres, Donald Trump continue donc de faire du Donald Trump et de contester sa défaite.

En face les démocrates s’inquiètent de plus en plus sérieusement de la santé mentale de celui qui reste président des États-Unis pour encore 12 jours. Les chefs de l’opposition au Congrès qualifient Trump de « déséquilibré ». Nancy Pelosi et Chuck Shummer prévoient donc de lancer dès lundi une nouvelle procédure d’impeachment. Ils demandent aussi au vice-président Mike Pence d’invoquer le 25e amendement. Cet article de la Constitution prévoit de destituer le président s’il est jugé inapte par une majorité de son cabinet.

Le Congrès agira si Trump reste à la Maison Blanche

Le projet d’impeachment a donc été écrit en un temps record. Il retient un chef d’accusation contre le président des États-Unis : celui d'incitation à l’insurrection. Ce texte pourrait être présenté à la chambre dès lundi et présenté au vote dès mercredi, comme l’explique Jackie Speier, élue démocrate de Californie.

« On ne fait pas cela juste pour les dix prochains jours, on fait ça pour les générations futures. Si on n’est pas capable de déclarer que l’incitation à l’insurrection par le président des États-Unis est un crime passible d’impeachment alors je ne sais ce qu’est un crime passible d’impeachment. »

Si la chambre vote le texte mercredi, il irait ensuite devant le sénat. S’il était voté, l’impeachment compromettrait fortement l’avenir politique de Donald Trump. En effet, si elle était entérinée par la Chambre des représentants puis votée par les deux tiers des sénateurs, cela pourrait l'empêcher de se représenter en 2024 ou même de briguer la présidence à l'avenir - possibilité qu'il envisage. Même si la procédure n'aboutit pas, c'est la stratégie que les démocrates souhaitent enclencher, pour empêcher de nouveaux épisodes de chaos comme l'explique Alix Meyer, maitre de conférences en civilisation américaine à l'université de Bourgogne.

Mais le processus risque d’empiéter au-delà du 20 janvier date de l’investiture. Une perspective qui ne suscite guère l’enthousiasme du président élu Joe Biden.

Par ailleurs, Nancy Pelosi a annoncé avoir demandé aux chefs de l’armée américaine d’empêcher Donald Trump d’avoir accès aux codes de l’arme nucléaire et de déclencher une guerre. La cheffe des démocrates à la chambre assure aussi que le Congrès « agira » au cas ou Donald Trump refuserait de quitter la Maison Blanche volontairement.

Biden : « il est inapte »

Le président américain élu Joe Biden s'est réjoui que Donald Trump ait décidé de ne pas assister à sa prestation de serment le 20 janvier. « C'est une bonne chose », a déclaré le démocrate. Le vice-président Mike Pence est « le bienvenu » a-t-il toutefois ajouté lors d'une allocution depuis son fief de Wilmington, dans le Delaware. Par ailleurs, Joe Biden a laissé au Congrès la responsabilité d'ouvrir ou non une procédure de destitution contre Donald Trump à douze jours de la fin de son mandat.

« Je dis depuis plus d’un an qu’il est inapte à sa fonction. Il est inapte. Il est l’un des présidents les plus incompétents de l’histoire des États-Unis d’Amérique. Et donc le problème n’est pas de savoir si je pense qu’il aurait dû quitter ses fonctions hier. La question est : que va-t-il se passer au cours des treize jours qui restent ? Et je pense que ce que 81 millions d’Américains ont dit, c’est qu’il est temps pour lui de partir. Et le moyen le plus rapide d’aboutir à cela, c’est d’attendre notre prestation de serment le 20. Ce qui arrive avant ou après cela est une décision qui dépend du Congrès, mais pour ma part, c’est ce que j’attends : qu’il quitte ses fonctions. On m’a dit qu’il n’avait pas l’intention de se rendre à la cérémonie d’investiture. C’est l’une des rares choses sur lesquelles nous sommes d’accord lui et moi : c’est une bonne chose qu’il ne vienne pas », a déclaré Joe Biden.