États-Unis: Sur l'avortement, le soutien du maire de New York aux femmes

Le maire de New York, Eric Adams (Photo: CRAIG BARRITT via Getty Images via AFP)
Le maire de New York, Eric Adams (Photo: CRAIG BARRITT via Getty Images via AFP)

Après la décision de la Cour suprême de révoquer le droit à l'avortement, Eric Adams affirme aux Américaines qu'elles sont "les bienvenues ici".

IVG - C’est un véritable coup de tonnerre pour les Américaines. Ce vendredi 24 juin, la Cour suprême vient de renverser l’arrêt “Roe vs. Wade”, permettant de fait à chaque État d’interdire s’il le souhaite l’IVG sur son sol. Très concrètement, cela signifie que de plus en plus de femmes américaines risquent de se retrouver dans l’impossibilité de réaliser une interruption volontaire de grossesse.

À peine la décision annoncée, le Missouri s’y est engouffré, devenant le premier État à interdire complètement l’avortement. D’autres devraient suivre.

Face à la détresse que les Américaines doivent déjà ressentir, le maire de New York, Eric Adams, s’est empressé de leur dire qu’elles étaient “les bienvenues.” ”À toutes les New Yorkaises, je veux dire qu’elles peuvent toujours accéder à des IVG légales et en toute sécurité à New York. Et à toutes celles qui chercheront un moyen d’avorter à travers le pays, sachez que vous êtes les bienvenues ici et que nous ferons tous les efforts possibles pour nous assurer que nos services seront disponibles et vous seront facilement accessibles”, a-t-il écrit dans un communiqué de presse.

“Affront aux droits humains fondamentaux”

“Ce que la Cour a fait aujourd’hui ignore l’opinion de la majorité des Américains, tant cette décision permet aux États de contrôler le corps des femmes, leurs choix et leurs libertés”, estime-t-il. “Il n’y a aucun moyen de nommer cet avis de la Cour suprême, si ce n’est qu’il est un affront aux droits humains fondamentaux et qu’il vise à enchaîner les femmes et d’autres personnes dans la servitude reproductive.

”D’autres États se préparent à venir en aide aux Américaines. Le sénateur Richard Durbin, président du Comité judiciaire du Sénat, a annoncé qu’une audience se tiendra le mois prochain pour “explorer la sombre réalité d’une Amérique post-Roe”.

L’Illinois, dont est élu le sénateur, s’attend déjà à voir une vague de femmes cherchant à avorter arriver sur son territoire, rapporte le New York Times. L’État est en effet depuis longtemps considéré comme une terre d’accueil pour les femmes demandant une IVG.

De leur côté, trois Etats progressistes de la côte Ouest ont annoncé vendredi qu’ils s’engageraient ensemble à défendre le droit à l’avortement. “Les gouverneurs de Californie, de l’Oregon et de Washington ont publié aujourd’hui un engagement pour défendre l’accès aux soins de santé reproductive, y compris l’avortement et les contraceptifs, et se sont engagés à protéger patientes et médecins contre les tentatives d’autres Etats d’exporter leur interdiction de l’avortement vers nos Etats”, écrivent-ils dans un communiqué

Au-delà des États, le planning familial anticipe déjà les craintes et les colères des femmes et tente de les rassurer: “nous ne cesserons jamais de nous battre pour vous”. “Nous savons que vous ressentez peut-être beaucoup de choses en ce moment: douleur, colère, confusion. Nous sommes ici avec vous.”

À voir également sur Le HuffPost: Aux États-Unis, des milliers de manifestants défilent pour le droit à l’avortement

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

VIDÉO - Droit à l'avortement menacé aux États-Unis : "Un séisme se prépare dans la politique américaine"

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles