Aux États-Unis, l'aviation civile s'inquiète du déploiement de la 5G

·2 min de lecture
La FAA a annoncé en décembre que les vols qui s'appuyaient sur un radioaltimètre pourraient devoir être reprogrammés en cas de risque d'interférence avec la 5G. | blende12 via Pixabay
La FAA a annoncé en décembre que les vols qui s'appuyaient sur un radioaltimètre pourraient devoir être reprogrammés en cas de risque d'interférence avec la 5G. | blende12 via Pixabay

Aux États-Unis débute un bras de fer entre les opérateurs téléphoniques et la Federal Aviation Administration (FAA) –une agence gouvernementale chargée des réglementations de l'aviation civile– à cause d'une nouvelle mise à jour des réseaux 5G. Le 19 janvier prochain, Verizon et AT&T, deux grandes entreprises de télécommunication, prévoient d'activer de nouvelles fréquences cellulaires dont la bande C, pour accélérer les connexions de dizaines de millions de téléphones dans le pays.

La FAA s'inquiète de l'ajout de cette fréquence. Elle craint que la bande C n'interfère avec certains radioaltimètres, des outils de sécurité des avions qui dépendent des ondes à proximité. Les opérateurs démentent tout risque d'interférence. La FAA explique que les avions s'appuient sur des parties du spectre qui sont voisines des ondes utilisées par la bande C. Selon elle, il serait possible que cela engendre de potentiels problèmes de sécurité.

C'est pourquoi, pour éviter les risques, l'agence a annoncé en décembre dernier que des vols qui s'appuyaient sur un radioaltimètre pourraient devoir être reprogrammés. Pourtant, la Commission fédérale des communications –une agence indépendante– avait, elle, déterminé que la 5G ne posait pas de problème pour les altimètres modernes.

À LIRE AUSSI

Peut-on vraiment injecter une puce 5G via un vaccin?

Une histoire de fréquences

Ce qui est sûr, c'est que c'est tout le marché de la 5G dépend de la bande C. Les smartphones 5G se connectent actuellement au spectre des ondes millimétriques et au spectre à bande basse. Si les fréquences du spectre des ondes millimétriques peuvent transporter très rapidement beaucoup de données, elles ne s'étendent cependant pas très loin. À l'opposé, les fréquences du spectre à bande basse peuvent couvrir de grandes zones, mais ne peuvent...

Lire la suite sur Slate.fr.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles