États-Unis: l'agresseur de Paul Pelosi voulait s'en prendre à d'autres personnalités politiques

AP - Noah Berger

Quatre jours après la brutale agression de Paul Pelosi, le mari de la cheffe des démocrates au Congrès, l'accusé a comparu mardi 1er novembre pour la première fois devant une juge de San Francisco. David DePape a été placé en détention provisoire sans possibilité de libération sous caution.

David DePape a soutenu qu'il était en « mission suicide ». Selon le parquet de San Francisco, l'accusé a « nommé plusieurs autres cibles », « d'autres personnalités politiques éminentes », ainsi que leurs proches. Il a aussi mentionné un professeur de la région.

L'homme de 42 ans s'est introduit vendredi au domicile de la parlementaire, équipé de cordes, de paires de gants et de ruban adhésif. Le parquet pense qu'il entendait enlever la démocrate Nancy Pelosi, qui se trouve à la deuxième place dans l'ordre de succession en cas d'incapacité du président américain.

Jusqu'à 20 et 30 ans de prison encourus

David DePape risque jusqu'à 20 ans de prison. Pour avoir agressé au marteau le mari de 82 ans de Nancy Pelosi – le seul présent au domicile – et lui avoir fracturé le crâne, il encourt une autre peine pouvant aller jusqu'à 30 ans d'incarcération.


Lire la suite sur RFI