États-Unis: l'administration Biden défend sa politique face à une hausse de l'immigration

Le ministre américain de la Sécurité intérieure Alejandro Mayorkas à la Maison Blanche, le 1er mars 2021 - JIM WATSON © 2019 AFP
Le ministre américain de la Sécurité intérieure Alejandro Mayorkas à la Maison Blanche, le 1er mars 2021 - JIM WATSON © 2019 AFP

L'administration Biden a défendu mercredi sa politique de gestion de la frontière sud des Etats-Unis face à une hausse des arrivées depuis le Mexique qui devrait encore s'accélérer en mai après la levée prévue de restrictions dues à la pandémie.

Le ministre américain de la Sécurité intérieure Alejandro Mayorkas a assuré lors d'une audition devant le Congrès que ses services étaient prêts à gérer le nouvel afflux de migrants que provoquera sûrement sa décision de mettre fin, le 23 mai, au "Title 42", un dispositif lié au Covid-19 qui permet depuis deux ans l'expulsion immédiate des migrants arrêtés à la frontière.

Une "hausse importante" des arrestations de migrants

Sans même que ces restrictions soient levées, la police américaine aux frontières a interpellé en moyenne 7800 migrants sans papiers chaque jour au cours des trois dernières semaines, près de cinq fois plus que la moyenne de 1600 migrants enregistrée entre 2014 et 2019, avant la pandémie.

"Une hausse importante des arrestations de migrants va accentuer davantage la pression sur notre système, et nous y ferons face avec succès", a déclaré mercredi Alejandro Mayorkas devant une commission de la Chambre des représentants. "Nous avons hérité d'un système cassé, démantelé et déjà sous pression. Il n'a pas été conçu pour gérer ces niveaux et types de flux migratoires", a-t-il regretté, demandant au Congrès de voter des réformes de long terme.

Mais la volonté de l'administration Biden de lever le "Title 42" est menacée par la décision, lundi, d'une juge de Louisiane, qui a donné raison à des Etats dirigés par des républicains demandant le blocage de cette mesure. Une audience est prévue le 13 mai pour déterminer si le gouvernement peut appliquer cette levée.

Un plan pour augmenter les effectifs à la frontière

Le ministre a détaillé un plan pour augmenter les effectifs à la frontière, viser les passeurs, accélérer les procédures et aider les organisations qui accueillent les demandeurs d'asile.

"Cela va prendre du temps, et nous avons besoin de l'aide du Congrès, des Etats et élus locaux, des ONG", a-t-il avancé.

Depuis la mise en place du "Title 42" en mars 2020, les autorités ont expulsé des migrants plus de 1,7 million de fois.

La décision de lever cette mesure a été prise par les autorités sanitaires américaines (CDC), qui estiment qu'assez d'outils de lutte contre l'épidémie sont désormais disponibles pour pouvoir mettre fin au dispositif. Des élus républicains ont cependant attaqué dans une lettre Alejandro Mayorkas, qui n'a selon eux "pas réussi à sécuriser la frontière et faire appliquer les lois votées par le Congrès", et lui demandent de renforcer les moyens alloués à ce dossier.

Débat autour d'une loi de santé publique

Le sujet inquiète aussi les démocrates, qui ont en tête les élections cruciales de mi-mandat prévues en novembre. Certains élus des Etats frontaliers ont exprimé leur réserve sur les décisions de la Maison Blanche, accusée de ne pas avoir de plan B pour mieux contrôler la frontière.

Les républicains pourraient, eux, faire de la prolongation de la mesure de refoulement immédiat une condition au vote de nouveaux financements pour la lutte contre le Covid-19, qui pourraient eux-mêmes être inscrits dans un texte de loi d'aide à l'Ukraine, envahie le 24 février par la Russie.

"Il n'est pas convenable d'utiliser une loi de santé publique -- le Title 42, qui régit surtout les quarantaines -- pour tenter de faire face aux défis posés par l'immigration", a estimé devant une autre commission Xavier Becerra, le ministre américain de la Santé. "C'est comme si vous utilisiez un couteau pour visser, et non un tournevis", a-t-il ajouté.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles