Publicité

États-Unis: l’effondrement du pont de Baltimore au cœur des théories complotistes

Au lendemain de l’effondrement spectaculaire du pont autoroutier Francis Scott Key de Baltimore sur la côte est américaine, les causes exactes de l’accident lié à une avarie électrique sur le navire venu percuter l’édifice restent à déterminer. S’il n’existe aujourd’hui aucune preuve crédible d’attaque volontaire, la théorie complotiste d’un attentat est omniprésente sur les réseaux sociaux. Ces allégations fallacieuses reposent notamment sur des images détournées et des analyses erronées.

Les images enregistrées par une webcam et diffusées en direct en ligne ont fait le tour du monde. Vers 1h30 heure locale, le porte-conteneurs MV-Dali, long de 300 mètres et large de 48 mètres, battant pavillon singapourien, percute un pilier du pont Francis Scott Key situé dans le port de Baltimore. En une poignée de secondes, l’imposante structure métallique, longue de 2,6 kilomètres, s’écroule comme un château de cartes. Six personnes travaillant sur le pont au moment des faits sont aujourd’hui portées disparues et présumées mortes.

Les autorités ont rapidement écarté la piste d’un acte de malveillance. « Il n'y a absolument aucune indication qu’il s’agisse d’un acte terroriste », a ainsi déclaré le chef de la police locale, Richard Worley. Le gouverneur du Maryland, Wes Moore, a lui aussi affirmé qu’il n’existe « aucune preuve crédible d’attaque terroriste ». Avant l’impact, l’équipage a eu le temps d’émettre un message de détresse, ce qui a permis aux autorités locales de bloquer la circulation sur le pont.

Le groupe jihadiste État islamique (EI) est aussi pointé du doigt dans plusieurs commentaires, rapporte l’Agence France-Presse. Des théories complotistes partagées sans aucune preuve.


Lire la suite sur RFI

Lire aussi:
États-Unis: lourdes conséquences économiques après l’effondrement du pont de Baltimore