Publicité

États-Unis : l’Alabama a réalisé la première exécution par inhalation d’azote, l’ONU et l’UE la condamnent

L'État américain de l’Alabama a exécuté, ce jeudi 25 janvier, un condamné à mort par inhalation d’azote. Kenneth Eugene Smith est décédé à 20h25, heure locale, soit 29 minutes après le début du processus, alors qu’il avait été condamné à mort, en 1996, pour le meurtre d’une femme, commandité par le mari. Steve Marshall, procureur général de l'Alabama, s’est félicité de cette première mondiale. Il affirme que l'État a « accompli quelque chose d'historique », dans des propos rapportés par franceinfo.

Une fois l’exécution lancée, le condamné « a commencé à se tordre et à se débattre pendant approximativement deux à quatre minutes, suivies d’environ cinq minutes de respiration bruyante », a rapporté le média local AL.com, Le réseau CBS, de son côté, affirme que les derniers mots de Kenneth Eugene Smith ont été : « Ce soir, l’Alabama a fait faire un pas en arrière à l’humanité. » En 2023, 24 condamnations avaient eu lieu en Alabama, toutes par injection létale.

L’ONU et l’UE montent au créneau

Dans ses arguments écrits à la Cour suprême, l'État américain a présenté l’hypoxie à l’azote comme « peut-être le mode d’exécution le plus humain jamais inventé ». Ce protocole d’exécution, qui ne prévoit pas de sédation, a pourtant été largement condamné par l’ONU et l’Union européenne à la suite de cette mise à mort. « Je regrette profondément l’exécution de Kenneth Eugene Smith en Alabama malgré les sérieuses inquiétudes sur le fait que cette méthode non éprouvée de suffocation par ...


Lire la suite sur LeJDD