États-Unis : l’Académie des sciences lance un appel pour recruter plus de talents étrangers

Photo Pixabay/cc

Créée en 1863 sous la présidence d’Abraham Lincoln, l’Académie américaine des sciences a pour mission de conseiller la nation sur des questions liées à la science et à la technologie. Dans un nouveau rapport, l’institution, dont 500 membres ont remporté des prix Nobel, s’inquiète sérieusement pour l’avenir.

Alors que le pays continue de générer 20 % du produit intérieur brut mondial avec seulement 4 % environ de la population du globe, il lui sera essentiel de pouvoir compter sur les talents étrangers et ne plus se contenter de supposer que les États-Unis demeurent la destination “par défaut” des meilleurs cerveaux :

“Les États-Unis doivent trouver de nouveaux et de meilleurs moyens d’encourager les scientifiques et les ingénieurs du monde entier ainsi que leurs familles à venir dans ce pays pour y travailler et y vivre.”

Le rapport de l’Académie américaine des sciences “arrive à un moment où l’attention se porte de plus en plus sur les délais et les pénuries concernant les visas, qui ont encouragé les étudiants et les professionnels talentueux nés à l’étranger à se tourner vers d’autres pays”, indique le magazine Forbes.

Vers une pénurie de talents locaux

Par ailleurs, observe le magazine, les talents locaux commencent à manquer à l’appel. Forbes reproduit les résultats d’une enquête de la National Science Foundation datée de 2019. Ils montrent qu’à l’exception du secteur pharmaceutique les étudiants internationaux et diplômés de l’étranger sont bien plus nombreux que les étudiants américains dans tous les domaines relevant des sciences appliquées.

Interviewé par Forbes, Chris Miller, un spécialiste des puces électroniques, affirme que les immigrants ont joué un rôle fondamental depuis l’origine de ce secteur et que recruter des ingénieurs et des scientifiques à l’étranger est la meilleure façon de renforcer la position dominante des États-Unis dans le domaine technologique. Mais, précise-t-il, “la combinaison de nouvelles restrictions concernant les visas et les voyages ainsi que les efforts de la Chine pour retenir ses chercheurs pourraient neutraliser l’habileté historique de l’Amérique à dépouiller ses rivaux géopolitiques de leurs esprits les plus intelligents”.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :