États-Unis: Joe Biden se recueille devant les dépouilles des militaires tués à Kaboul

·2 min de lecture
Le président américain Joe Biden et son épouse Jill Biden en train de rendre hommage aux militaires morts en Afghanistan. - SAUL LOEB
Le président américain Joe Biden et son épouse Jill Biden en train de rendre hommage aux militaires morts en Afghanistan. - SAUL LOEB

Dans un lourd silence parfois brisé par les pleurs des familles, Joe Biden a accueilli dimanche, main sur le coeur, les dépouilles des 13 soldats américains tués dans un attentat à Kaboul, une cérémonie difficile pour le président vivement critiqué sur sa gestion de la crise afghane.

Un à un, couverts d'un drapeau américain, les cercueils ont été débarqués devant le président démocrate et son épouse Jill, sur le tarmac de la base militaire de Dover, dans le Delaware.

Joe Biden a suivi du regard chacune des dépouilles transportées par des militaires vers des véhicules sombres, baissant parfois la tête en signe de recueillement.

Cinq soldats âgés de 20 ans

Sous un ciel chargé, vêtu de noir, le couple présidentiel s'est tenu à la mi-journée aux côtés du chef du Pentagone Lloyd Austin, du secrétaire d'Etat Antony Blinken, du chef d'état-major américain, le général Mark Milley, et d'autres hauts responsables de l'armée. Les familles étaient à distance, protégées des caméras. Des sanglots ont parfois rompu le silence.

Juste avant la cérémonie, la délégation avait gravi la rampe d'accès vers l'imposant avion militaire C-17 qui a transporté les 13 cercueils, pour une brève prière en privé, selon la Maison Blanche. Deux familles sur les treize avaient demandé à ce que la descente de la dépouille de leur proche ne soit pas filmée.

Parmi les 13 jeunes soldats tués dans l'attentat de jeudi, cinq avaient 20 ans, soit la durée de la plus longue guerre des Etats-Unis, lancée en 2001 en Afghanistan.

La mort d'une jeune militaire de 23 ans suscitait une émotion particulière dans le pays, après avoir été photographiée une semaine auparavant un bébé dans les bras lors des opérations chaotiques d'évacuation à l'aéroport de Kaboul.

Représailles américaines

Joe Biden avait fait savoir samedi qu'une nouvelle attaque était "hautement probable", après l'attentat de jeudi aux abord de l'aéroport de Kaboul, revendiqué par le groupe État islamique au Khorasan (EI-K) et qui a fait plus d'une centaine de morts dont les 13 militaires américains.

En représailles, les États-Unis ont effectué une frappe de drone en Afghanistan, tuant deux membres du groupe État islamique et en blessant un troisième, et prévenu que ce ne serait pas "la dernière".

Le Pentagone a publié samedi après-midi l'identité des 13 militaires tués dans l'attentat de jeudi. Parmi eux, cinq avaient 20 ans, soit la durée de la plus longue guerre des États-Unis, lancée en 2001 en Afghanistan.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles