États-Unis: Joe Biden suspend les accords controversés avec le Salvador, le Guatemala et le Honduras

·1 min de lecture

À Washington, Joe Biden continue de détricoter les politiques de son prédécesseur. Et notamment, en matière d’immigration. Des accords controversés, restreignant le droit d’asile, signés en 2019 avec le Salvador, le Guatemala et le Honduras ont été annulés dimanche. Avec ce changement, l’administration Biden espère pouvoir créer un nouveau partenariat dans la région.

Avec notre correspondante à New York, Carrie Nooten

Avec les accords signés en 2019, les demandeurs d’asile du Salvador, du Guatemala et du Honduras devaient retourner dans leur pays, dans l’attente de leur audition par le tribunal américain. Dans la pratique, cela n’avait pas encore été mis en place avec le Salvador et le Honduras - et les transferts entre le Guatemala et les États-Unis ont été suspendus depuis mars dernier, lorsque l’épidémie de coronavirus s’est déclarée.

Mais l’administration Biden tient absolument à se démarquer des politiques migratoires de l’administration Trump. Elle a donc annulé ces accords.

Les États-Unis avaient été critiqués à l’époque pour ne pas se conformer au droit international. Le secrétaire d’État Antony Blinken a confié qu’un travail conjoint avec les gouvernements respectifs serait réalisé sur les causes provoquant ces départs - l’insécurité et la pauvreté notamment. Mais il a affirmé que cela ne signifiait pas pour autant une plus grande ouverture des frontières américaines - une façon de rassurer les Américains les plus à droite.