États-Unis: Joe Biden et Kamala Harris à Atlanta en signe de soutien à la communauté asiatique

·2 min de lecture

Le président américain Joe Biden et sa vice-présidente Kamala Harris se sont rendus vendredi 19 mars à Atlanta, ville meurtrie par des fusillades dans trois salons de massage, pour dénoncer la hausse des incidents violents contre la communauté asiatique à travers les États-Unis.

Avec notre correspondant à San Francisco, Eric de Salve

Quatre jours après la tuerie d’Atlanta, Joe Biden vient déployer son arme secrète : l’empathie. Et appelle les Américains à l’unité. « Certaines valeurs fondamentales doivent tous nous rassembler en tant qu’Américains : l’une d’entre elles, c’est de nous dresser ensemble contre la haine et le racisme, ce vil fléau qui empoisonne notre nation depuis longtemps. »

Avec sa vice-présidente Kamala Harris, Joe Biden, que les Américains surnomment souvent le « consolateur en chef » rencontre les leaders de cette communauté très inquiète après la tuerie d’Atlanta. Il tire la sonnette d’alarme face à la hausse des agression contre les asiatiques depuis le début de la pandémie. « Trop d’américains asiatiques ont peur quand ils marchent dans la rue. Ils ont été attaqués, pointés du doigt, harcelés parfois même tués. Cela nous apprend ce que nous savions déjà : les mots ont des conséquences. »

Joe Biden a ordonné la mise en berne des drapeaux sur tous les bâtiments officiels et veut marquer un tournant avec son prédécesseur. Car beaucoup accusent Donald Trump d’être en partie responsable de l’explosion des violences contre les Asiatiques, après avoir régulièrement appelé le Covid-19 le « virus chinois ».

Cette fois, les motivations du tueur sont encore confuses, mais « quelles que soient ses motivations, je sais que la communauté asiatique américaine est très inquiète », dit Joe Biden. « C’est très dérangeant », souligne-t-il.

Cette visite en Géorgie était en fait déjà prévue, mais elle était au départ consacrée à la pandémie. Après la tuerie, la Maison Blanche a tenu à changer le focus pour mettre l’accent sur l’engagement du président à combattre la xénophobie, la haine et l’intolérance. Depuis la Géorgie, Joe Biden appelle le Congrès à voter rapidement une loi sur les crimes de haine contre la communauté asiatique liés au Covid-19.

Victime de racisme malgré une intégration réussie

Après les fusillades, de nombreuses voix se sont élevées pour dénoncer les violences et les agressions dont est victime la communauté américano-asiatique aux Etats-Unis. Selon l’association Stop AAPI Hate, plus de 3800 menaces ou agressions à l’encontre de la communauté américano-asiatique ont été recensées au cours de l’année écoulée. Dans 70% des cas, les victimes étaient des femmes. Le racisme à l’égard de la communauté asiatique n’est pas nouveau aux Etats-Unis.

Alors : pourquoi n’entendions-nous pas cette communauté auparavant contrairement à d’autres ? Pour Ya-Han Chuang, sociologue et chercheure à l’Institut national d’études démographiques, c’est une conséquence de la bonne intégration de cette communauté.