États-Unis: Joe Biden félicité par Mahmoud Abbas et Benyamin Netanyahu sur le tard

·3 min de lecture

Parmi toutes les félicitations qui sont arrivées après la victioire annoncée du candidat démocrate samedi 7 novembre, il y a en a eu deux qui ont été particulièrement tardives. Ce sont celles de Benyamin Netanyahu, le Premier ministre israélien et de Mahmoud Abbas, le président de l’Autorité palestinienne.

Toute la soirée et toute la nuit, Benyamin Netanyahu est resté silencieux alors que les messages de félicitations du monde entier se succédaient. Pas un mot du Premier ministre israélien jusqu’à ce dimanche matin 7h30, annonce notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil Soit plus de douze heures après l’annonce des résultats de la présidentielle en Pennsylvanie.

La gêne d'un proche de Trump

Ce silence est le signe d’un embarras de la part de Benyamin Netanyahu. Le Premier ministre israélien est proche de Donald Trump. Il revendiquait son amitié avec lui, faisant même campagne sur ses liens avec le président sortant. Donald Trump a pris de nombreuses décisions favorables à Israël. Mais, dans la mesure où Donald Trump ne reconnaît pas sa défaite, féliciter Joe Biden rapidement était prendre le risque d’apparaître comme un lâcheur… alors même que Donald Trump est encore président pendant plus de deux mois.

Mais ce silence a été sévèrement critiqué par le chef de l’opposition. Yaïr Lapid a dénoncé samedi soir « une lâcheté embarrassante » de l’exécutif. Car la proximité affichée de Benyamin Netanyahu avec Donald Trump pourrait avoir des conséquences sur le soutien des démocrates à Israël. Une aile du parti est de plus en plus critique de la politique israélienne. Joe Biden et Kamala Harris demeurent, eux, des soutiens d’Israël. Mais ce long silence de Benyamin Netanyahu a certainement été relevé dans l’entourage du président élu.

Soulagement mais pas total du côté palestinien

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a aussi pris son temps pour envoyer ses félicitations. Sur Twitter, il a appelé Joe Biden à « renforcer » les relations américano-palestiniennes. Il se dit impatient de travailler avec lui notamment pour garantir « la liberté, l'indépendance, la justice et la dignité du peuple palestinien ». La victoire de Joe Biden, c'est un changement de style pour les Palestiniens, raconte notre correspondante à Ramallah, Alice Froussard.

Mohammed Shtayyeh, le premier ministre, s’est lui aussi exprimé sur Twitter. Il attend des relations bilatérales constructives. Nabil Shaath, un conseiller de Mahmoud Abbas précise de son coté qu’« il n'y a pas eu pire que Trump, et que le voir partir est donc déjà une victoire ».

Mais Joe Biden devra faire ses preuves. « Nous ne nous attendons pas à une transformation miraculeuse » précise Hanan Ashrawi, du comité éxécutif de l’Organisation de Libération de la Palestine. « Il est temps d’adopter des thérapies holistiques et audacieuses » dit-elle sur Twitter, un peu comme une mise en garde.

De son côté, le Hamas, au pouvoir dans la Bande de Gaza appelle la future administration Biden « à en finir avec les politique injustes des États-Unis ». Elle souhaite notamment que le plan Trump pour le Moyen Orient soit annulé, ou encore le rétablissement du soutien financier à l’Agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens.

►À lire aussi : Joe Biden président: le retour au multilatéralisme «made in USA»

Avec cette réaction très prudente, la direction palestinienne souligne qu’elle demeure très prudente, qu’elle n’accueille pas le président élu à bras ouverts et que Joe Biden devra convaincre, devra faire ses preuves avant que les États-Unis ne puissent être reconsidérés comme le médiateur du conflit par les Palestiniens.