États-Unis : Joe Biden durcit le ton face à la Chine et la Russie

Le nouveau chef de la diplomatie américaine, Anthony Blinken, s’est farouchement opposé à ses homologues chinois lors d’une rencontre en Alaska, jeudi 18 mars. "Le Xingjian, Hong Kong, Taïwan, les cyberattaques contre les Etats-Unis, la coercition économique contre nos alliés, tout ça menace l’ordre et la stabilité mondiale", a lancé le Secrétaire d'État. La charge est directe, mais Yang Jiechi, directeur du comité chinois des affaires étrangères, a répondu coup pour coup. "Les États-Unis ne représentent pas l’opinion internationale, l’Occident ne représente pas le monde non plus, et concernant les cyber-attaques, tant sur la capacité d’en lancer, que sur la technologie, les États-Unis sont les champions", a-t-il affirmé. Vladimir Poutine est un "tueur" selon Biden Les tensions entre les deux puissances s’ajoutent aux rivalités déjà existantes entre les États-Unis et la Russie. Le président Joe Biden a durci le ton avec Vladimir Poutine, cette semaine, en répondant par la positive à une question d’un journaliste qui lui demandait si le président russe était un "tueur". Ces désaccords représentent l’un des plus grands défis du XXIème siècle, selon les experts en géopolitique. "Les États-Unis ont une très forte interdépendance économique avec la Chine, un intérêt commun puissant pour trouver des solutions", nuance néanmoins le journaliste Loïc de La Mornais.