États-Unis : Joe Biden condamne la «violence politique», deux ans après l'assaut du Capitole

© Nathan Posner / ANADOLU AGENCY / Anadolu Agency via AFP

Deux ans après l'assaut du Capitole, Joe Biden a estimé vendredi qu'il n'y avait "aucune place pour la violence politique" en Amérique, en décorant notamment des policiers ayant fait face ce jour-là à une foule déchaînée de partisans de l'ancien président Donald Trump. "L'Amérique est un pays de droit, pas de chaos", a ajouté le démocrate.

Deux ans après l'assaut du Capitole, Joe Biden a estimé vendredi qu'il n'y avait "aucune place pour la violence politique" en Amérique, en décorant notamment des policiers ayant fait face ce jour-là à une foule déchaînée de partisans de l'ancien président Donald Trump.

Quatorze "Médailles présidentielles de la citoyenneté" remises

Alors qu'au même moment des élus républicains porteurs de certaines idées similaires à celles des assaillants du 6 janvier 2021 bloquaient toujours l'élection d'un président de la Chambre des représentants, le président démocrate a déclaré : "Nous devons dire clairement et d'une même voix qu'il n'y a aucune place (...) en Amérique pour l'intimidation des électeurs. Aucune, jamais, pour la violence politique."

>> Retrouvez Europe matin week-end - 6-8 en podcast et en replay ici

"L'Amérique est un pays de droit, pas de chaos", a encore dit le démocrate de 80 ans, avant de saluer les personnes distinguées vendredi, "un remarquable groupe de citoyens américains". "L'Histoire retiendra vos noms", a dit le président américain avant de décerner au total quatorze "Médailles présidentielles de la citoyenneté", l'une des plus hautes distinctions civiles américaines — dont trois à titre posthume.

Joe Biden en a remis à des membres des forces de l'ordre dont le visage est, pour certains, presque devenu familier aux Américains à force de voir les images sidérantes du Capitole envahi, ou en raison de leurs témoignages frappants devant une commission d'e...

Lire la suite sur Europe1

VIDÉO - Capitole : la commission d'enquête désigne Donald Trump comme responsable