États-Unis : Jared Kushner et Melania conseillent à Donald Trump de concéder sa défaite

·3 min de lecture

Depuis l’annonce de la victoire de Joe Biden à l'élection présidentielle samedi, Donald Trump n'a toujours pas concédé publiquement sa défaite. Alors que sa campagne de recours juridiques contre le résultat du scrutin s’enlise, certains de ses proches tentent de le convaincre d’abandonner les poursuites.

Donald Trump lâché par une partie de son propre clan. L'entêtement du président à ne pas vouloir reconnaître la victoire de Joe Biden à l'élection présidentielle américaine, déclaré gagnant par l'agence AP et les grands médias américains le 7 novembre, divise au sein même du cercle familial du président sortant. Jared Kushner, conseiller-clé et gendre du locataire de la Maison blanche, l'a contacté ce week-end pour l'inviter à se soumettre au verdict des urnes, selon deux sources de CNN.

>> En images : le mandat du président américain Donald Trump en 12 dates clés

Dans un tweet dimanche matin, le porte-parole de la campagne Trump, Jason Miller, a nié que Jared Kushner ait approché Trump. "Cette histoire n'est pas vraie", a-t-il déclaré. "Jared a conseillé à @realDonaldTrump de poursuivre tous les recours juridiques disponibles pour garantir la vérité." De son côté, CNN maintient ses informations.

L'énigme Melania

L'ancien businessman, qui n'a eu de cesse d'évoquer des "fraudes" depuis le depuis du dépouillement et fait savoir qu'il aurait recours à la justice pour contester sa défaite, ne peut pas non plus compter sur le soutien de son épouse, si l'on en croit les affirmations de CNN. En coulisses, la First lady a également tenté d'infléchir son jugement, selon le média américain. En vain.

Pourtant, l'énigmatique Première dame, habituellement discrète, est sortie de son silence dimanche, sur Twitter, pour indiquer qu'elle souhaitait de la transparence dans l'élection, sous-entendant de possibles fraudes. "Le peuple américain mérite des élections justes. Chaque vote légal – et pas illégal – doit être compté. Nous devons protéger notre démocratie avec une totale transparence", a-t-elle écrit sur le réseau social.

Encouragé par ses deux fils

Parmi ses proches, Donald Trump peut tout de même compter sur ses fils aînés, Donald Jr. et Eric, pour l'encourager à prolonger le combat. Ces derniers exhortent en effet les républicains et leurs partisans à rejeter publiquement les résultats, alors même que les médias américains, y compris Fox News, ont annoncé la victoire du démocrate. "Où sont les républicains ? Soyez courageux, battez-vous contre cette fraude", a twitté Eric Trump. Quant à Donald Trump Jr., il a également critiqué sur le même réseau social le "lâchage" de son père, alors que le vice-président Mike Pence n'a toujours pas pris la parole pour défendre son colistier. D'autres fidèles alliés de Trump, à l'instar de son avocatRudy Giuliani et la procureure générale de Floride Pam Bondi, ont également affiché leur soutien à Trump et montré qu'ils étaient toujours prompts à contester le résultat.

Depuis son parcours de golf à Sterling, en Virginie, samedi, Donald Trump n'a pas nié les résultats en privé, selon les informations de CNN. Mais publiquement, l'ancien magnat de l'immobilier continue d'encourager ses avocats à intenter des poursuites judiciaires afin de retarder la certification officielle des résultats.

Des juristes divisés

Une chose est sûre, le camp de Joe Biden n'a toujours pas eu de contact avec le président sortant, contrairement à la tradition. À ce stade, l'équipe de Trump a déposé plusieurs poursuites pour fraude électorale présumée. Mais selon ABC News, il existe un désaccord à ce sujet au sein même de l'équipe juridique. Certains rechignent à persévérer, estimant ces démarches inutiles.

Les chances d'aboutir semblent en effet très faibles, car il faudrait trouver des arguments convaincants pour invalider des dizaines de milliers de voix, non pas dans un État, mais dans quatre ou cinq d'entre eux. Or, à ce stade, le camp Trump n'est toujours pas parvenu à apporter des preuves tangibles de fraudes.