États-Unis-Israël : Biden et Bennett cherchent un terrain d'entente sur l'Iran

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le président américain, Joe Biden, et le Premier ministre, Naftali Bennett, se sont efforcés vendredi de trouver des terrains d'entente au sujet de l'Iran lors de leur première rencontre à la Maison blanche, perturbée par le choc lié à l'attentat suicide commis jeudi à Kaboul.

Joe Biden devait recevoir le Premier ministre israélien jeudi. Mais l'entretien a été reporté après l'attentat revendiqué par le groupe État islamique à Kaboul, qui a fait au moins 85 morts, parmi lesquels 13 militaires américains. "La mission là-bas […] est dangereuse et elle s'accompagne désormais de pertes importantes au sein du personnel américain, mais c'est une noble mission […]. Nous allons mener à bien la mission", a déclaré Joe Biden aux journalistes après son entretien en face à face avec Naftali Bennett, vendredi 27 août.

"Priorité à la diplomatie"

L'objectif de cette prise de contact était notamment d'établir les bases d'un nouveau dialogue entre les États-Unis et Israël, au moins sur la forme, alors que le prédécesseur de Naftali Bennett, Benjamin Netanyahu, proche de l'ancien président américain Donald Trump, a entretenu des relations notoirement tendues avec la précédente administration démocrate de Barack Obama, dont Joe Biden était vice-président.

L'un des principaux points de friction entre les États-Unis d'Obama et de Biden et Israël porte sur le programme nucléaire de l'Iran. Donald Trump a retiré Washington de l'accord international conclu par son prédécesseur en 2015. Mais depuis son arrivée à la Maison blanche en janvier, Joe Biden a entrepris, en vain jusqu'à présent, d'y réintégrer les États-Unis ainsi que l'Iran, qui s'en est aussi progressivement affranchi.

Le sujet a été brièvement abordé devant la presse avant que les journalistes ne soient priés de quitter le salon où se déroulait l'entretien. Joe Biden a déclaré que les deux hommes discutaient de "la menace émanant de l'Iran et de [leur] engagement à garantir que l'Iran ne développe jamais d'arme nucléaire". "Nous donnons la priorité à la diplomatie et nous verrons où cela nous mène. Mais si la diplomatie échoue, nous sommes prêts à nous tourner vers d'autres options", a ajouté le chef d’État américain, sans plus de précisions.

Naftali Bennett a, pour sa part, déclaré aux journalistes qu'il était d'accord avec Joe Biden sur le fait que d'autres options existaient en cas d'échec des négociations indirectes entre les États-Unis et l'Iran. Mais lui aussi s'est abstenu de préciser lesquelles. Le dirigeant ultranationaliste, qui a mis fin en juin à douze années de pouvoir ininterrompu de Benjamin Netanyahu, devait au cours de l'entretien exhorter Joe Biden à durcir sa position à l'égard de l'Iran et à se retirer des négociations destinées à relancer l'accord de 2015.

Avec Reuters

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles