États-Unis: un important centre de vaccination perturbé par une manifestation anti-confinement

·2 min de lecture

Plusieurs dizaines de personnes ont provoqué la fermeture temporaire d'un centre de vaccination contre le coronavirus à Los Angeles, ont rapporté ce samedi 30 janvier des médias américains.

Est-ce le premier d'une longue série d'incidents ? Les manifestants, qui brandissaient des pancartes anti-vaccin et réclamant la levée des confinements, se sont rassemblés à l'entrée du centre de vaccination, au Dodger Stadium, l'un des plus importants aux États-Unis, selon des publications sur les réseaux sociaux.

« Il semble qu'il n'y ait qu'une trentaine de manifestants au total. On ne sait pas pourquoi ils ont fermé l'ensemble de l'installation », a tweeté Mikel Jollet, un utilisateur des réseaux sociaux.

Le site a été fermé pendant près d'une heure, selon le Los Angeles Times et d'autres médias américains, citant des responsables des pompiers. Mais la police de Los Angeles a démenti la fermeture du centre et assuré que tous les vaccins seraient distribués.

Rendez-vous difficiles à obtenir

Le comté de Los Angeles, où les cas de Covid-19 ont augmenté cet hiver, ne fait actuellement vacciner que les personnels de santé en première ligne et les personnes âgées d'au moins 65 ans. Même parmi ces groupes, les rendez-vous sont extrêmement difficiles à obtenir, les doses de vaccins de Pfizer-BioNTech et Moderna étant en nombre limité.

Les États-Unis comptent le plus grand nombre de cas et de morts du Covid-19 au monde. Plus de 26 millions de personnes y ont été infectées et 439 000 sont décédées, selon des chiffres de l'université Johns Hopkins samedi.

Le président américain Joe Biden a promis une accélération de la campagne de vaccination, avec 100 millions de doses injectées pendant ses 100 premiers jours de mandat.

(Et avec AFP)

À lire aussi : Covid-19 aux États-Unis: face au mécontentement, Biden veut amplifier la vaccination