États-Unis: un homme menaçant de tuer Donald Trump arrêté à New York

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Donald Trump
    Donald Trump
    Président des États-Unis de 2017 à 2021

L'homme, âgé de 72 ans, avait notifié les autorités de son projet de tuer l'ancien président des États-Unis par deux fois. Il a été arrêté ce lundi.

Il affirmait vouloir tuer Donald Trump s'il n'acceptait pas sa défaite à l'élection présidentielle en 2020. Un septuagénaire a été arrêté ce lundi matin après avoir fait part de son projet aux autorités américaines par deux fois, rapporte le bureau du procureur fédéral de Brooklyn.

Thomas Welnicki, 72 ans, "a sciemment et délibérément menacé de tuer, d'enlever et d'infliger des blessures corporelles" à l'ancien président américain, peut-on lire dans le document judiciaire diffusé lundi pour soutenir le mandat d'arrêt.

Toujours selon le document, l'homme avait téléphoné au moins trois fois, entre le 24 septembre et le 2 décembre 2021, au bureau new-yorkais du Secret Service pour faire part de ses intentions, en demandant des renseignements sur la protection de Donald Trump et en affirmant avoir déjà possédé une arme à feu.

"Je ferai tout ce que je peux pour m'assurer qu'il soit mort", avait mis en garde ce New-Yorkais, résident à Brooklyn, en qualifiant Trump d'"Hitler", lors d'une conversation téléphonique en novembre 2021. 

Des menaces dès l'été 2020

Le septuagénaire avait déjà proféré des menaces à l'été 2020, avant l'élection présidentielle et auprès des services de police du Capitole à Washington, en assurant qu'il se "procurerait des armes et ferait tomber" Donald Trump si ce dernier perdait le scrutin et n'admettait pas sa défaite.

"Je ne veux blesser personne, mais je résisterai au fascisme", a-t-il affirmé, d'après CNBC.

Le 4 janvier 2021, soit deux jours avant l'invasion du Capitole par des militants trumpistes, le suspect laissait cette fois deux messages sur la boîte vocale du bureau du Secret Service de Long Island, un autre quartier new-yorkais. Il menaçait alors de tuer Donald Trump ainsi que douze membres du congrès.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Assaut du Capitole : un an après, Biden pointe la "responsabilité" de Trump

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles