États-Unis: hausse d'un demi-point des taux directeurs, une première depuis 2000

Annonce de la Réserve fédérale américaine, la FED, ce mercredi 4 mai 2022 : hausse des taux directeurs d'un demi-point de pourcentage. Un moyen de lutter contre l'inflation et de stabiliser l'économie. Les États-Unis ne sont pas les seuls. Les Banques centrales des pays émergents s'activent aussi pour limiter ces pressions inflationnistes.

La Banque centrale américaine a annoncé, pour tenter de contrôler une inflation sans précédent depuis 40 ans, une hausse de ses taux directeurs d'un demi-point de pourcentage. C'est une première depuis 22 ans.

Le Comité de politique monétaire (FOMC) a ainsi porté ces taux dans une fourchette comprise entre 0,75% et 1%. D'autres hausses seront « sur la table » ces prochains mois​​, précise Jerome Powell, le président de la FED.

Alors que la guerre en Ukraine et les confinements en Chine aggravent la pression sur les prix et la logistique, M. Powell évoque en effet de nouvelles hausses d'un demi-point, discutées les 14-15 juin, puis les 26 et 27 juillet.

En mars, la FED avait déjà commencé à relever ses taux, pour la première fois depuis 2018. Elle les avait portés dans une fourchette comprise entre 0,25 et 0,50%, soit une hausse de 0,25 point de pourcentage seulement.

Elle avait néanmoins annoncé qu'elle procéderait à six autres hausses cette année, comme le nombre de réunions prévues d'ici à fin 2022. Depuis, l'inflation a continué de grimper, atteignant des sommets jamais vus depuis 1981.

Équilibre fragile

Un demi-point, c'est beaucoup en une fois, souligne notre correspondant à Washington, Guillaume Naudin. Ce n'est pas arrivé depuis mai 2000. Mais voilà, en mars, les prix étaient donc en hausse de 8,5% sur un an.

L'inflation est notamment alimentée par les prix de l’énergie, particulièrement ceux du carburant à la pompe, qui restent très élevés. Les prix de la nourriture sont aussi en hausse, tout comme, autre facteur, les salaires.

Les employeurs sont en effet confrontés à une pénurie de main-d’œuvre, et doivent faire de meilleures conditions à leurs employés pour les attirer où les retenir, alors que le taux de chômage est au plus bas dans le pays.

Ce qui est très bien pour les salariés, contribue ainsi à tirer les prix vers le haut. Il faut donc tenter de calmer tout cela, sans toutefois casser la reprise économique américaine, très vigoureuse depuis l’an dernier.

Or, cette reprise a semblé s’essouffler au premier trimestre 2022. Le PIB s’est même contracté, bien qu'il convienne de commencer à parler de récession après deux trimestres consécutifs de baisse, seulement.

Là-dessus, les économistes restent optimistes pour le moment, car la consommation, principal moteur de la croissance économique américaine, se maintient. Mais il s’agit, à l’évidence, d’un équilibre fragile.

►À relire : La FED va relever son taux directeur: la fin de l’argent bon marché

Atterrir en douceur

Pour M. Powell, il est « absolument essentiel de baisser l'inflation ». C'est ce qu'il a martelé ce mercredi, notant que le marché du travail était « extrêmement tendu », parvenant à un niveau qualifié de « malsain ».

Les dirigeants de la FED estiment être en mesure de ramener l'inflation à leur objectif de 2%, sans porter les taux à plus de 3% pour ne pas affecter la demande. Jerome Powell parle de fourchette « neutre ».

L'objectif de la Réserve fédérale : parvenir à un « atterrissage en douceur », en espérant que « les conditions économiques et financières évoluent de manière cohérente » avec ses attentes, explique Jay Powell.

Pour l'heure, malgré sa confiance, la FED est donc très loin de son objectif. Et le sujet est en train de devenir un thème politique majeur en cette année électorale aux États-Unis. Or, pour le président Biden, c’est un problème.

Avec agences

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles