Aux États-Unis, les habitants de Houston contraints de faire bouillir leur eau

AP - Mark Mulligan

Depuis ce dimanche 27 novembre au soir, la quatrième ville des États-Unis est privée d’eau potable et plus de deux millions de personnes doivent faire bouillir l’eau avant de la consommer.

Avec notre correspondant à Houston, Thomas Harms

De l’eau qui coule, mais impropre à la consommation... Dimanche matin, deux pannes successives de courant de l'une des principales stations d'épuration dans l’est de Houston ont généré une baisse de pression et potentiellement laissé passer les bactéries, comme l’explique Carol Haddock, la directrice des travaux publics de Houston : « Cela a affecté notre capacité à pomper de l’eau, la pression a donc baissé. Mais nous suivons la procédure pour nous assurer que l’eau est potable. »

Selon les règles en vigueur aux États-Unis, quand la pression est trop faible (20 PSI), une injonction de faire bouillir son eau doit entrer en vigueur. La municipalité de Houston s’y est conformée. Mais les autorités locales sont déjà sous le feu des critiques. Elles n’ont annoncé l’injonction par SMS que dimanche soir, soit entre huit heures et onze heures après l’incident. Alors que tout le monde avait déjà bu de l’eau ou utilisé des glaçons dans cet intervalle.

Écoles et bâtiments officiels fermés

La municipalité est aussi pointée du doigt par le fournisseur d’électricité pour son équipement défaillant dans son installation hydraulique. « J’ai demandé un audit complet du système, affirme Sylvester Turner, le maire de Houston. Il n'y avait pas un seul générateur en état de marche et le générateur de secours était en panne également. »


Lire la suite sur RFI