États-Unis: la Floride se dote d’une police électorale chargée de lutter contre les fraudes

Le gouverneur républicain de Floride, Ron DeSantis, a signé la loi ce lundi 25 avril créant cette nouvelle force. Une décision très contestée avec, en toile de fond, les accusations de fraudes électorales non prouvées de l’ancien président Donald Trump.

Avec notre correspondant à Miami, David Thomson

Avec 25 enquêteurs, cette police électorale dépendra d’un tout nouveau bureau des crimes électoraux chargé de traquer les irrégularités, et ce dès les prochaines élections de mi-mandat en novembre. Mais à quoi bon, s’interrogent l’opposition démocrate et les organisations de droits civiques qui dénoncent en chœur un gaspillage d’argent public à des fins politiques ?

Un signal à la base électorale

En Floride personne n’a jamais contesté le résultat des dernières élections. Cet État clé a été remporté par Donald Trump, et à l’époque le gouverneur Ron DeSantis avait lui-même vanté le bon déroulement du scrutin dans son État. Mais voilà, Donald Trump refuse toujours obstinément de reconnaitre sa défaite face à Joe Biden et dénonce sans preuves des fraudes électorales massives.

►À lire aussi : États-Unis: la nouvelle carte électorale voulue par le gouverneur de Floride accusée de racisme

Résultat, ce mythe de l’élection volée est devenu l’une des principales préoccupations de l’électorat républicain. En créant cette police des élections, Ron DeSantis envoie donc un signal à sa base électorale, lui qui est souvent cité comme futur présidentiable et classé favori des sympathisants républicains après Trump.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles