États-Unis : une fillette de 10 ans, enceinte après un viol, a quitté son État pour avorter

© Allison Bailey / NurPhoto / NurPhoto via AFP

Une fillette de 10 ans, enceinte après un viol, a dû quitter son État de l'Ohio pour avorter après la volte-face de la Cour suprême, a confirmé mercredi un policier cité par des médias américains. Son histoire tragique, initialement rapportée par une gynécologue de l'Indiana, avait été citée vendredi par le président Joe Biden pour décrier la décision de la haute juridiction, le 24 juin, de ne plus garantir le droit à l'avortement .

Un suspect arrêté

Le procureur général d'Ohio Dave Yost, dont l'État a immédiatement interdit d'avorter après six semaines de grossesse, avait émis des doutes sur sa véracité. "Ça ressemble à une invention", avait notamment déclaré l'élu républicain. La police de Columbus a toutefois procédé mardi à l'arrestation d'un suspect et, lors de sa comparution devant un juge mercredi, un enquêteur a confirmé les détails du drame, a rapporté le quotidien Columbus Dispatch.

 

>> LIRE AUSSI : Le Parlement européen demande d'inscrire l'avortement dans les droits fondamentaux de l'UE

L'agent, Jeffrey Huhn, a expliqué au magistrat que la mère de la victime avait informé, le 22 juin, les services locaux de protection de l'enfance de la grossesse de sa fille et que ces derniers avaient ensuite saisi la police. La fillette a avorté le 30 juin dans l'État de l'Indiana voisin, où les IVG restent légales et les restes de l'embryon font l'objet de tests génétiques pour confirmer les liens avec le suspect, a encore dit le policier.

Une dizaine d'États conservateur...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles