États-Unis : ces failles de sécurité qui ont permis l'intrusion des militants pro-Trump au Capitole

·1 min de lecture

Comment les partisans de Donald Trump ont réussi à entrer au Capitole, mercredi 6 janvier ? Le bâtiment, symbole du Congrès et de la démocratie américaine, avait pourtant vu sa sécurité renforcée après le 11 septembre 2001. Explications.

Dans le film Benjamin Gates et le Trésor des Templiers, le héros incarné par Nicolas Cage, montait un stratagème capillotracté pour déjouer la sécurité du Congrès des États-Unis, afin d'y voler la déclaration d'indépendance. Dix-sept ans après, le monde découvre, ébahi, la simplicité avec laquelle il est possible de s'introduire dans le Capitole. Mercredi 6 janvier, une foule de partisans de Donald Trump a pénétré dans le bâtiment où siège le Congrès des États-Unis, pendant la session qui devait certifier la victoire de Joe Biden à la présidentielle américaine. L'après-midi s'est conclue par quatre morts, plusieurs blessés et une cinquantaine d'arrestations. Des scènes de chaos à peine croyables et un coup de force historique, qui interrogent sur la sécurité de l'un des lieux les plus importants de la démocratie étasunienne. Comment expliquer ce désastre ? Ce matin, l'incompréhension règne du côté des experts en sécurité : "Comment n'étaient-ils pas prêts pour aujourd'hui, ça, je n'en ai aucune idée a déclaré Charles Ramsey, un ancien chef de la police de D.C. Ils étaient débordés, ils n'avaient aucune ressource. Vous devez être capable de protéger le Capitole." Beaucoup d'activistes, majoritairement côté démocrate, avancent une...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Intrusion dans le Capitole : le Waterloo de Donald Trump

"La censure de Trump sur les réseaux sociaux est une démarche inquiétante"

"Maïdan à Washington" : Moscou jubile devant l'invasion du Capitole aux Etats-Unis

Etats-Unis : 45% des électeurs républicains sont favorables à l'assaut du Capitole, selon un sondage

Après les incidents du Capitole, les appels à démettre Trump de ses fonctions se multiplient