États-Unis: face au Covid-19, inquiétudes sanitaires autour du «Spring Break» en Floride

·1 min de lecture

Aux États-Unis, c’est le début du « Spring Break ». Et comme chaque année, la Floride est l’une des destinations préférées des étudiants américains. Alors que le gouverneur a levé les mesures de restrictions liées au Covid-19, le rassemblement inquiète les autorités du pays qui craignent la propagation des variants.

L’année dernière, les images des plages bondées, des jeunes faisant la fête sans masque ni distanciation avaient fait le tour des médias américains. Le Spring Break avait provoqué la polémique, alors que les États-Unis étaient l’épicentre mondiale de l’épidémie de coronavirus. Cette année, les choses sont un petit peu différentes, les chiffres des contaminations sont à la baisse et la vaccination avance à grande vitesse. Mais cela n’empêche pas les autorités sanitaires de s’inquiéter.

La Floride fait partie des États où l’on compte le plus de cas du variant britannique. Le gouverneur a récemment levé les restrictions sanitaires. Pour les experts, tous les éléments sont réunis pour faire du Spring Break un accélérateur de la propagation des variants. Ce qui risque de saper les progrès réalisés grâce à la vaccination.

Annulation des vacances de printemps

Certaines universités ont annulé leurs vacances de printemps pour empêcher leurs étudiants de voyager, d’autres ont proposé des primes pour les inciter à rester chez eux.

Mais en Floride, les hôtels, pour qui le Spring Break est l’une des périodes les plus lucratives, multiplient les promotions pour attirer les jeunes. C’est une façon pour ces établissements de rattraper les pertes financières importantes essuyées depuis le début de la pandémie.

À écouter aussi : Suède: les fêtes étudiantes s'adaptent face au coronavirus