États-Unis: face à la question du contrôle des armes, l’État de Géorgie reste divisé

Samedi 11 juin, une marche est organisée dans plusieurs centaines de villes des États-Unis contre la violence par armes à feu. Après un nouveau massacre dans une école au Texas, le président Biden a souligné qu'il ne voulait pas agir par décret. Tous les yeux sont donc tournés vers les discussions au Congrès. À quelques mois des élections de mi-mandat, la population de la Géorgie, un État clé, est extrêmement divisée sur la question.

De notre envoyée spéciale,

Royce Mann est l'un des organisateurs de la « Marche pour nos vies » ce samedi à Atlanta. Cet évènement national, créé en 2018 par les jeunes survivants de la tuerie de Parkland, vise à lutter contre les violences par armes à feu. Pour l’étudiant de 28 ans, c’est une urgence, quelques semaines après de nouvelles fusillades meurtrières: « Le fait que le Congrès ne prenne aucune mesure est une trahison pour quasiment tous les électeurs de ce pays, qui soutiennent largement des réformes de bon sens. » Trois personnes sur quatre sont par exemple favorables au relèvement de l'âge légal pour acheter une arme, de 18 à 21 ans, selon un sondage publié cette semaine par l'Université Quinnipiac.

Dans un pays où près d'un adulte sur trois possède au moins une arme, les conservateurs s'opposent vivement à toute mesure qui pourrait aller à l'encontre de ce deuxième amendement.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles