Donald Trump suggère que le FBI aurait «placé» des preuves lors de la perquisition

Aucun élément ne permet d'étayer ces propos, mais l'ancien président américain s'appuie sur le fait que personne, pas même ses avocats, n'était autorisé à être présent lors de la perquisition de sa résidence de Mar-a-Lago lundi 8 août. L'absence de témoins lors d'une intervention du FBI est pourtant la norme, répliquent les experts américains.

La théorie selon laquelle le FBI pourrait avoir caché des preuves contre Donald Trump lors de la perquisition du domicile de l'ancien président est partie d'un compte anonyme de droite sur Twitter. Elle avait commencé à circuler sur les réseaux sociaux dès lundi soir. Elle avait été amplifiée par Alina Habba, l'avocate de Donald Trump, sur Fox News : « Je suis inquiète qu'ils aient pu cacher quelque chose. Qui sait ? Je ne fais pas confiance au gouvernement et pour une Américaine, c'est effrayant ! Ce sont des trucs du tiers-monde, de Cuba ! Notre pays n'est pas comme ça. »

Mercredi, Fox News, qui semblait un temps avoir tourné le dos à Donald Trump, enchaîne les interviews sur le sujet avec des élus républicains, dont le sénateur Rand Paul : « Comment puis-je être sûr qu'ils n'ont rien placé dans les cartons qu'ils ont rapportés de Mar-a-Lago ? Ils ont perdu notre confiance ».

L'élu républicain Greg Steube, membre de la commission judiciaire de la Chambre des représentants, dénonce même l'« État policier de Joe Biden qui mène la guerre contre les conservateurs ». Un ancien procureur fédéral, Ron Filipkowski, réplique sur Twitter : « Rien ne pourrait mieux confirmer la culpabilité de Trump que sa suggestion que le FBI ait placé des fausses preuves. Il s'est fait prendre et il le sait ».

Une position intenable


Lire la suite sur RFI