États-Unis : comment Donald Trump a pris en otage la Chambre des représentants

© Reuters/Jon Cherry

Deux ans, jour pour jour, après l’assaut de ses partisans contre le Capitole afin d’y obtenir, en vain, l’invalidation de la présidentielle de 2020, Donald Trump est parvenu vendredi soir à prendre le contrôle de la nouvelle majorité républicaine à la Chambre. Sur les 20 élus républicains qui ont refusé dès mardi de voter en faveur de Kevin McCarthy , chef de la minorité républicaine dans la législature précédente, les trois quarts étaient en effet d’anciens adeptes du Tea Party devenus membres du Freedom Caucus, l’aile extrême droite du parti de Trump au Congrès.

Avec 10 % seulement des élus républicains, elle est parvenue, en 15 tours de scrutin, à imposer l’agenda de Trump à Kevin McCarthy  : changement des règles pour pouvoir chasser le chef de la majorité par vote à la majorité simple sur demande d’un seul élu républicain ; rallongement de la procédure d’examen des textes avant de les soumettre au vote ; lâchage de la présidence de la Commission du budget à l’un des frondeurs, ce qui aura un impact sur le vote de la prochaine loi de finances et du montant du déficit fédéral autorisé ; promesse de faire voter la Chambre sur un texte de restriction de l’immigration et d’engager une réforme du cumul des mandats dans le temps.

Matt Gaetz, l’œil et les oreilles de Trump​

Bref, Kevin McCarthy est devenu vendredi soir le speaker de la Chambre, mais il ne sera pas maître chez lui. Commentaire accablé du grand historien de la politique américaine Michael Beschloss : « Après avo...


Lire la suite sur LeJDD