États-Unis : Donald Trump gracie plusieurs de ses amis et de ses collaborateurs

Alors qu’il est sur le point de quitter la Maison Blanche, Donald Trump compte user de son droit de grâce (autorisé par la Constitution américaine) à sa façon, pour protéger ses amis loyaux ou ses plus proches collaborateurs. Ainsi, il a décidé de gracier son ancien directeur de campagne, Paul Manafort, et son ancien conseiller Roger Stone. Les deux intéressés sont mis en cause dans l’enquête sur les soupçons d’ingérence russe pendant l’élection présidentielle de 2016. Il gracie le père de son gendre Donald Trump a également gracié le père de Jared Kushner (son gendre). Charles Kushner avait en effet été condamné pour malversation fiscale en 2004. En outre, quatre ex-agents d’une sulfureuse société de sécurité privée ont été pardonnés. Cette décision, en particulier, fait grincer des dents dans le pays, car les concernés se sont rendus coupables de meurtres de civils irakiens en 2007. Leur patron de l’époque est d’ailleurs un farouche soutien de Donald Trump. La majeure partie des graciés possède donc, de près ou de loin, un lien personnel avec le président.