États-Unis: des documents top secret chez Trump ont justifié la perquisition du FBI

C'est la présence de documents extrêmement confidentiels dans des cartons récupérés chez Donald Trump qui a provoqué la perquisition de la police fédérale américaine (FBI) dans la résidence de l'ex-président, révèle un document judiciaire publié vendredi.

Cet acte de procédure, écrit avant la perquisition du 8 août afin d'en obtenir l'autorisation, expose les raisons pour lesquelles les enquêteurs fédéraux ont jugé nécessaire cette opération de police, absolument inédite pour un ancien président et à l'origine d'une tempête politique.

Le ministère de la Justice américain, contraint à cette divulgation par un juge, en a caviardé une très grande partie afin de protéger l'enquête. L'acte de procédure publié vendredi dresse, entre deux passages biffés de noir, un inventaire partiel de ces dossiers reçus en février, qui ont alarmé la police fédérale: 184 documents classifiés, dont 25 portant la mention « Top Secret », le plus haut degré de confidentialité.

Particulièrement frappant: certains de ces documents comportaient le signe « HCS », qui dans le langage de la communauté du renseignement américain désigne les informations fournies par des « sources humaines », informateurs et autres agents sous couverture.

Plusieurs documents portaient « ce qui semblait être des notes manuscrites » de Donald Trump, selon la police fédérale, qui révèle que les fichiers retrouvés étaient dans certains cas « mélangés à d'autres dossiers ». Ces archives très sensibles n'avaient « pas été gérées de façon appropriée ni (n'étaient) stockée dans un endroit approprié », a conclu le ministère de la Justice, dans une lettre aux avocats de Donald Trump rendue publique vendredi.

« Chasse aux sorcière »


Lire la suite sur RFI