États-Unis: des défenseurs du droit à l’IVG manifestent sous les fenêtres de juges de la Cour suprême

AFP

L’annulation du droit constitutionnel à l’avortement aux États-Unis continue à faire réagir. Malgré la décision sans appel possible de la Cour suprême la semaine dernière, les défenseurs du droit à l’avortement continuent à se mobiliser et à manifester. Jusque sous les fenêtres de ceux qui ont pris la décision.

Avec notre correspondant à Washington, Guillaume Naudin

« Pas d’intimité pour nous, pas de paix pour vous. » Les slogans viennent troubler la tranquillité habituelle de cette banlieue cossue juste au nord de Washington. Sur le trottoir, il y a environ 200 manifestants, sous le regard d’une vingtaine de policiers postés devant la maison du juge à la Cour suprême Brett Kavanaugh.

L’une des organisatrices, Nikki Enfield, veut lui dire directement sa façon de penser : « Vous n’allez pas me prendre mon autonomie corporelle et profiter de vos soirées. Il doit y avoir des conséquences. L’idée, c’est que nous ne pouvons plus être polis. Vous nous prenez vraiment nos droits, nous sommes face à un vrai fascisme, et donc nous le prenons personnellement et nous faisons en sorte que ce soit aussi personnel pour eux. »

► À lire aussi : États-Unis: bataille judiciaire après l’annulation du droit constitutionnel à l’avortement

La majorité conservatrice à la Cour suprême pointée du doigt

Au départ de la manifestation, un candidat démocrate au Sénat de l’État du Maryland est venu apporter son soutien. Pour Max Socol, au-delà de remporter une majorité nette au Sénat comme le préconise Joe Biden, le problème qu’il faut corriger est la majorité conservatrice à la Cour suprême : « La réponse un peu moins simple serait d’ajouter des juges à la Cour suprême et équilibrer la cour. Il le faut. Plusieurs juges actuels ont été nommés par des présidents républicains sans légitimité. Donc, je pense que rééquilibrer la cour est la chose à faire. »

Toujours en traversant au passage piéton et en restant soigneusement sur les trottoirs, le cortège passe enfin devant la maison du Juge en chef John Roberts, un autre conservateur, avant de s’éloigner en donnant rendez-vous la semaine suivante.

► À lire aussi : Avortement aux États-Unis: une juge de Louisiane bloque temporairement l'interdiction des IVG

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles