États-Unis : le débat sur le port des armes est relancé

Après deux tueries en une semaine aux États-Unis, Joe Biden a pris la parole : "Je n'ai pas besoin d'attendre une minute de plus, encore moins une heure, pour prendre des mesures de bon sens qui sauveront des vies à l'avenir et pour exhorter mes collègues à la chambre et au Sénat à agir, nous devons aussi bannir les fusils d'assaut et leur disponibilité à travers le pays". Une déclaration choc qui intervient en plein débat au Sénat sur comment réduire la violence face aux armes à feu. Les Démocrates voudraient durcir la loi mais les Républicains s'y opposent. La NRA, puissance lobby auprès des élus Dans l'hémicycle, le sénateur Républicain Ted Cruz appelle à différencier les détenteurs d'armes "les malfaiteurs, criminels, fugitifs, personnes atteintes de maladies mentales, mettons-les en prison, empêchons-les de se procurer des armes. Ne faisons pas d'innocents citoyens respectueux de la loi des boucs-émissaires et ne nous attaquons pas à leur droit constitutionnel". Aux États-Unis, le droit de posséder une arme est garanti par la Constitution, c'est le second amendement, défendu par l'organisation pro-arme, la NRA. L'association, qui compte près de cinq millions de membres, est un puissant lobby auprès des élus.