Les États-Unis craignent une attaque militaire imminente de l'Iran contre l'Arabie Saoudite

La Maison blanche, le 19 mai 2022, à Washington - Daniel SLIM / AFP
La Maison blanche, le 19 mai 2022, à Washington - Daniel SLIM / AFP

"Nous n'hésiterons pas à agir dans la défense de nos intérêts et partenaires de la région", a prévenu un porte-parole de la Maison Blanche, alors que Riyad a partagé plusieurs renseignements avec Washington avertissant d'une attaque imminente de l'Iran contre le Royaume saoudien.

Une nouvelle guerre au Moyen-Orient? Selon les informations du Wall Street Journal, l'Arabie Saoudite aurait partagé des renseignements aux États-Unis, indiquant que l'Iran pourrait attaquer de façon "imminente" le Royaume saoudien. A cause de ce transfert d'informations, les États-Unis et des pays de la région ont augmenté le niveau d’alerte de leurs forces militaires, indiquait mardi soir le célèbre quotidien.

Auprès de l'agence de presse Reuters, le Conseil national de sécurité de la Maison Blanche s'est dit "préoccupé" par la potentielle menace, indiquant que "Washington était en contact constant avec les Saoudiens."

"Nous n'hésiterons pas à agir pour défendre nos intérêts et nos partenaires dans la région", a prévenu un porte-parole de cet organe sécuritaire.

De nombreuses manifestations en Iran

L'Iran est secoué par une vague de protestation inédite après la mort de Masha Amini. Des manifestations dénoncées par les Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique de l'Iran, qui a accusé l'Occident d'être à la manoeuvre.

Le guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, qui a le dernier mot dans les grandes politiques de l'État, avait accusé à plusieurs reprises les États-Unis, Israël et leurs "agents" (dont l'Arabie Saoudite) d'avoir fomenté le mouvement de contestation

Selon le Wall Street Journal, une potentielle attaque de l'Iran contre le Royaume saoudien serait un effort du régime pour détourner l'attention braquée sur les manifestations.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Iran : 250 morts depuis le début des manifestations selon l'ONU