Les États-Unis commémorent le 400e anniversaire du débarquement des premiers esclaves africains

Grégory Philipps

Il y a 400 ans débarquaient sur le sol américain les tout premiers esclaves venus d’Afrique. Une vingtaine d’hommes et de femmes originaires de ce qui est aujourd’hui l’Angola, amenés de force dans ce qui n’était encore qu’une colonie britannique. Le débarquement de ces 20 personnes sur la côte Est allait ouvrir la voie à 246 années d’esclavage, et changer le visage de l’Amérique.


Des commémorations auront lieu dimanche à Fort Monroe, dans l’État de Virginie, où a eu lieu le débarquement, le 25 août 1619. À cette époque, l'endroit s'appelait Point Comfort. "On ne veut pas en parler comme d’une arrivée", explique Glenn Oder, le directeur de Fort Monroe. "Je pense que pour la première fois, on doit dire la vérité. Ces gens-là ont été enlevés de chez eux, tragiquement, sans rien avoir à dire. Donc plutôt que parler d’arrivée, je préfère évoquer leur débarquement", affirme-t-il.


"Cette histoire leur appartient"

À une dizaine de kilomètres est situé le plus ancien cimetière afro-américain du pays, à Hampton. À l’entrée, une tombe en marbre gris sur laquelle il est écrit : "Ici repose la première famille noire d’Amérique". Autour, de petites croix blanches anonymes sont visibles afin de se souvenir de ces hommes et de ces femmes débarqués ce jour d’août 1619 et amenés de force depuis le royaume de Ndondo, aujourd’hui (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi