États-Unis : cinq membres des Proud Boys inculpés pour "sédition" dans l'assaut du Capitole

L'ex-chef des Proud Boys et quatre membres de cette milice d'extrême droite ont été inculpés lundi pour sédition, une accusation passible de 20 ans de prison. Ils sont accusés d'avoir coordonné l'intrusion d'une centaine de leurs membres dans le Capitole, le 6 janvier 2021.

Après les Oath Keepers, ce sont l'ancien chef des Proud Boys, Enrique Tarrio, et quatre membres de la milice d'extrême droite qui ont été inculpés pour "sédition" pour leur rôle dans l'assaut contre le Capitole le 6 janvier 2021 à Washington, a annoncé lundi 6 juin le ministère de la Justice.

Âgés de 31 à 45 ans, les cinq hommes étaient détenus depuis plusieurs mois, faisaient jusqu'à présent l'objet de poursuites pour "association de malfaiteurs" ayant pour objectif d'entraver une procédure officielle, ou pour violences.

L'accusation de "sédition" va plus loin : les procureurs fédéraux accusent les cinq hommes d'avoir comploté en amont et encouragé des partisans de Donald Trump à empêcher les élus du Congrès de certifier la victoire électorale de Joe Biden lors de l'élection présidentielle de novembre 2020. Ils auraient alors coordonné l'intrusion d'une centaine de membres de cette milice dans le Capitole.

Enrique Tarrio n'était pas sur place. Deux jours plus tôt, il avait été interpellé pour la destruction d'une banderole "Black Lives Matter" et alors qu'il se trouvait en possession de chargeurs d'arme interdits dans la capitale fédérale. Il avait été remis en liberté le 5 janvier 2021 avec l'ordre de rester hors de Washington. Selon l'acte d'accusation, il n'avait pas immédiatement obtempéré et avait même rencontré Stewart Rhodes, son homologue chez les Oath Keepers, avant de quitter la ville.

Une accusation rarement utilisée

En janvier, onze membres de cet autre groupe d'extrême droite, les Oath Keepers, ont été inculpés pour "sédition" pour leur rôle similaire présumé dans l'assaut meurtrier contre le Capitole.

Il est rare que les procureurs fédéraux inculpent des suspects pour conspiration séditieuse, qui est punie d'une peine pouvant aller jusqu'à 20 ans d'emprisonnement.

En parallèle, une commission d'enquête parlementaire tente de faire la lumière sur le rôle joué par l'ex-président républicain et ses proches dans ce coup de force. Elle doit présenter jeudi ses premières conclusions lors d'une audition très attendue.

Avec AFP et Reuters

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles