États-Unis: le chinois Xiaomi doit être temporairement retiré de la liste noire

·1 min de lecture

Le chinois Xiaomi, troisième fabricant mondial de « smartphones », doit être temporairement retiré d'une liste noire de Washington. L'administration Trump l'y avait placé à six jours seulement de la fin du mandat de l'ancien président. Pour le tribunal de la capitale fédérale américaine, cette décision était abusive.

Xiaomi avait été placé sur leur liste noire, sans que les secrétariats américains à la Défense et au Trésor n'aient démontré que les intérêts de la sécurité nationale étaient en jeu. C'est ce qu'a estimé le juge qui a aussitôt ordonné de retirer le fabricant chinois de cette liste, au moins temporairement. Il est désormais interdit de qualifier l'entreprise de « compagnie militaire communiste chinoise ». Et les investisseurs américains qui souhaitent acheter les actions du groupe chinois peuvent le faire.

Huawei, menace pour la sécurité nationale

La décision du juge intervient alors qu'un autre géant chinois, Huawei, vient d'être à nouveau classé comme une menace pour la sécurité nationale. Selon le régulateur américain des télécoms, Huawei constitue toujours un risque, de même que l'équipementier ZTE, le groupe des communications radio Hytera Communications, ainsi que deux fabricants du secteur de la vidéosurveillance.

Interdiction de livrer des semi-conducteurs

Cette décision douche les espoirs du patron de Huawei, qui espérait de la nouvelle administration Biden plus d'ouverture. Les sanctions qui touchent Huawei interdisent aussi aux entreprises américaines de lui fournir des composants produits aux États-Unis, notamment les semi-conducteurs.