Aux États-Unis, des centres commerciaux convertis en églises, maisons de retraite… et hangars Amazon

·1 min de lecture

Avec l’épidémie de Covid-19, la faillite guette des centaines de centres commerciaux américains désertés. Autrefois symboles d’opulence et de modernité, ils sont devenus ringards et indésirables. Des centaines de reconversions en bureaux, centres sportifs, centres de livraisons, appartements ou encore résidences pour seniors, sont en cours.

Déjà avant la pandémie, les centres commerciaux, symboles de l'American Way of Life, étaient en voie de disparition. Construits à la pelle à un moment où le rêve américain était incarné par les banlieues résidentielles et l’automobile, les " malls ", tels qu’ils sont surnommés, ont été frappés de plein fouet par l’épidémie de Covid-19. Sur les 1500 centres commerciaux construits aux États-Unis depuis les années 1960, environ 500 ont déjà disparu ; et sur les mille restant, 250 autres pourraient fermer cette année, décimés par le virus comme par la concurrence du shopping en ligne. " Les États-Unis ont plus de mètres carrés d’immobilier commercial par personne que n’importe quel autre pays dans le monde. Probablement trois fois plus qu’en Europe " explique l’architecte Ellen Dunham-Jones, auteure d’un ouvrage sur les banlieues américaines. " Nous avons bâti trop d’espaces dédiés à la vente. Le pays est en pleine correction " constate-t-elle. En pleine " correction ", c’est-à-dire placé devant l'obligation de reconvertir ou de détruire ces centres commerciaux devenus gênants. Les malls restent souvent déserts pendant des années,...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Nord Stream 2 : brouille diplomatique et partie d'échecs entre la Russie, l'Allemagne, les États-Unis et la France

"Père", "mère" : ces mots jugés "discriminatoires" du Royaume-Uni au Québec

Iran-Etats Unis : "Chacun veut arriver avec la plus grande marge de manœuvre possible"

De l'investiture de Biden au Super Bowl : avec Amanda Gorman, la poésie repolitisée aux Etats-Unis

Royaume-Uni : lien "probable" entre le variant anglais et l'augmentation du risque de décès